Partagez | 
 

 [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Sam 25 Mai - 20:54

Mission Rang C
Le père fouettard


Une lueur s'abattait sur Suna, une lueur d'espoir ? Une lueur de victoire ? Rien, rien d'autre que les ténèbres, en ce moment, seul la clarté de l'ombre scintillait sur le village caché du sable. Le vent soufflait et laissait derrière lui des vagues de sables s'entremêler. Les grains de sables, comparables à la vie de chaque villageois du peuple de Suna s'envolaient, les uns après les autres, et disparaissaient dans un torrent de lumière éblouissant la véritable facette du monde, qui plongeait jours après jours dans les ténèbres. Tel était l'eau troublée par le mal dans laquelle Canigi se baignait. Une marre de souffrance et de sang entourant le garçon. Une étendue aqueuse de morts et de malheur submergeant tout un peuple, mais encore personne ne s'en doutait et ne s'en rendait compte. D'où pouvait provenir ces ténèbres ? Quel était la raison de leurs visites ? Personne n'en savait rien, et pourtant, tous allaient être touchés par cette abomination.
Le soleil était encore bien clair et chaleureux en ce jour, laissant place à une douce après-midi d'été comme à son habitude. Le jeune shinobi se pavanait dans les rues, fier d'un peuple dont il n'en connaissait qu'une poignée. Il saluait marchands et marchandes, puis passait son chemin, d'un pas toujours décidé en direction du tableau des missions, affichant les atroces phénomènes auquel les ninjas du village seraient confrontés après avoir fait leurs choix sur l'activité du jour. Tandis que Canigi s'approchait de plus en plus de ce panneau étiqueté par de multiples parchemins, il jeta un coup d’œil sur son sabre et caressa du bout des doigts sa poignée ornée de multiples pierres et métaux en tout genre. Il esquissa un sourire, puis laissant échappé une lourde respiration, releva la tête et fixa le tableau se donnant à lui quelques mètres plus loin. Alors qu'il se faisait encore tôt pour s'approprier une quête et ainsi la débuter le lendemain, le jeune Hyugima décida de faire escale dans une boutique d'armes, cherchant à connaître les dernières nouveautés en terme de projectiles et autres accessoires pouvant s'avérer utile lors d'un combat plus ou moins prévu. Il franchit alors la porte du magasin, puis, une fois avoir salué le commerçant, se dirigea tout de suite dans le rayon des projectiles dans le but de dégoter une petite merveille de technologie actuelle. Il scrutait chaque étage de l'étagère, mais après plusieurs minutes d'observation, n'aperçut aucune nouveauté et décida d'abandonner la recherche. Déçu, il se dirigea alors vers le rayon des accessoires explosifs, espérant là-aussi trouve quelques nouveautés, mais rien n'y fait, hormis une sorte de boule puante de la taille d'un poing, aucun matériel ne s'avérait d'actualité. Il décida alors, suite à ces deux échecs, de se retourner vers le marchand et de lui demander s'il avait reçu les dernier approvisionnement, malheureusement, sa réponse fut négative. Légèrement agacé, bien que ça n'était aucunement de la faute du marchand, Canigi décida de partir et de rejoindre l'affichage des missions. Il fit quelques pas, puis une fois devant, lut en diagonale la majeure partie des requêtes, avant de poser sa main d'un air affirmé sur l'une elle, il semblait avoir trouvé la perle rare :

Citation :
Le père fouettard
Mission de rang C
Description : La disparition d'enfants est un phénomène de plus en plus fréquent en ce moment à Suna, ce qui est d'ailleurs très étrange, car deux groupes d'individus totalement différents ont débarqués quelques temps avant cet incident, peut être est-ce une pure coïncidence ? Néanmoins, vous serez charger de vérifier l'identité des individus sans être remarqué, de plus que le bruit court qu'une organisation, réduit des hommes à l'esclavage, peut être est-ce ce dont les enfants sont victimes ? à vous de le découvrir, est si le danger est trop grand, appelez des renforts !

C'est alors qu'à l'instant où sa main prit contact avec le papier, qu'une main d'une taille similaire fit son apparition dans le champ de vision du jeune homme et se déposa elle aussi sur l'affiche, au même moment que celle de Canigi. Essayant de tirer sur la feuille, celle-ci ne semblait pas décidée à venir, bloquée et tirée dans l'autre sens par cet autre ninja. Le jeune homme pensa alors, tandis qu'un souffle désagréable, habité par l'arrière goût de cigarette se posa sur le visage du garçon :


*Raah et mince ! J'aurais du aller directement au tableau d'affichage plutôt que trainer dans ce magasin... Mais à qui peu bien appartenir cette main attaché à ma mission, ainsi que cette dépendance à la nicotine...*
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Jeu 30 Mai - 16:06


« Les jours les plus beaux et tranquilles sont inévitablement les plus ennuyeux … Cette fatalité elle-même est d’un ennuyeux … ». Un souffle libérateur, suivis d’un brouillard plus gris que blanc qui très vite alla se dissipa dans cet environnement. Chaud et ennuyant environnement, trop ennuyant pour avoir quelque chose à faire, et trop chaud pour avoir envie d’entreprendre quoique ce soit de trop fatigant. La vue n’était pas des plus mauvaises après il fallait dire, bien qu’il ne serait surement pas bon de rester ainsi encore longtemps. Il ne s’agissait pas de ce gros soleil nous broyant de ses vagues brulantes qui suintaient au-dessus de nos têtes, mais ce qui se tramait plus bas. Ce n’était pas vraiment une habitude, mais il n’était pas mauvais d’en apprécier les quelques occasions nous venant sans la moindre demande. Il fallait dire que le corps de cette jeune femme était ce qu’il y avait des plus beaux, à se demander ce qu’elle pouvait bien faire dans un tel endroit. Enfin on pouvait par la même occasion et j’imagine en premier lieu se demander pourquoi dont elle se trémoussait en petite tenue aussi librement, après tout n’avait-elle donc pas conscience que certaine mauvaise personne mal intentionné pouvait avoir l’idée de profiter d’une telle chose. Moi ? Je ne faisais absolument pas partie de ces personnes-là, en aucun cas. J’étais dans mon droit, positionnait là depuis le lever du soleil et sans la moindre pensée sous-jacente d’avoir la chance de profiter d’une telle merveille. Bien sûr cette rambarde ne m’appartenait pas, comme si mon petit bouiboui pouvait avoir une si confortable rambarde à la fenêtre me permettant de m’assoir en ayant un si grand place. Et sans parler de la vue, qui en dehors de la belle fleur, de ma fenêtre seul un mur puant la délinquance se présentait, ce qui n’empêchait pourtant pas le soleil de venir me solliciter. Je n’étais donc absolument pas coupable, si ce n’est de vouloir prendre un bon bol d’air frais. Malgré l’ennui la chance était venue à ma rencontre, prêt à me montrer en ce beau matin que mon ennui ne pourrait pas durer et que cette journée serait la mienne, cela ferait en effet un bon moment qu’une journée ne me semblait pas aussi favorable. Je me disais tout de même que je devrais prévenir cette fille de faire un peu plus attention, il était bon de vivre en toute insouciance et d’entretenir un tel cadeau de mère nature, de la même manière qu’il lui était généreux d’être prêt à partager de telle chose avec son entourage. Mais en même temps il lui fallait savoir ce qu’il en était exactement, enfin après tout un enfant pourrait regarder – même si je pense qu’il était préférable pour tout enfant de découvrir le côté caché de l’offre du seigneur à travers un tout autre corps que celui de sa mère – et pire encore, ca pourrait être un otaku ayant dépassé la date de péremption. En tout bon gentlemen que j’étais, je devais l’avertir d’une telle possibilité … et la rambarde après un long séjour perdait de son confort, je n’avais pas l’intention de finir avec une raie horizontale. Justement pour me décider, derrière moi le réveil de l’heureux propriétaire de mon support se faisait et déjà il rejoignait ma personne pour me saluer.

« Yo ! ». Bien que chauve il avait tout de même l’air sympa. Par contre surement dû à son travail mais il semblait vraiment irrité dès le matin, le pauvre finirait surement par attraper de mauvaise chose avec tant d’onde négative l’entourant. Après avoir braillé quelques mots incompréhensible, il se retourna prêt à saisir un bâton, ou bien c’était un ballet ? Enfin peu importe, je voyais que de son autre main il avait des jumelles … Mon cœur failli se briser, quelle traitrise ! Comme quoi il faut bien être méfiant envers tous : Le monde est pourrie jusqu’à la moelle, oh oui mon pauvre seigneur, vous tenterez votre chance une prochaine fois. Je saisi la patte de l’homme et l’emporta devant moi, il semblait tout de même avoir d’assez bon réflexe et se retint sur mon poignet. Tss le voilà criant maintenant, franchement – crève saleté de vieux. Prenant ma cigarette de l’autre main, je l’amenai au contact des veines aux ventres de son poignet, ce fut sans la moindre attente qu’il lâcha. C’était un rapide, il ne méritait certainement pas de profiter de la naïveté d’une jeune fille, peut-être bien que la bête rouge lui enseignera comment mieux se comporter. Justement la fille fut alertée par tout ca, ce qui lui fit comprendre par la même occasion lorsqu’elle croisa mon regard qu’elle était facilement la cible du premier venu en manque de sensation. Ma journée commençait réellement bien, deux actes héroïques et c’était cadeau.

« Saleté de vieux, j’avais à peine commencé cette cigarette … ». Un bon jour, donc pourquoi pas en profiter pour faire une petite mission. Au moins ainsi je pourrais me faire un peu d’argent sans la moindre difficulté. Je me mis une nouvelle cigarette au bec, il ne m’en restait presque plus, c’est que ces trucs étaient pas mal faible pour succomber aussi vite. Sauf que surprise, j’avais plus de feux, bon ce n’était pas trop grave, je n’avais que garder la chose ainsi et il y aurait bien une âme charitable parmi tous ces bon à rien pour me venir en aide. J’arrivais au niveau du tableau des missions, ils devaient bien tous être inutile et vu qu’il s’agissait de ma journée je laissai le destin faire le choix à ma place. Sans regarder au préalable je fis emporter ma main à la rencontre du premier papier. Sauf que quand ce fut fait, une résistance ce présenta … Une autre main venait à l’instant de saisir le papier et pire encore il s’agissait d’un homme. Comme quoi les rencontres hasardeuses de mains tout comme de deux personnes dans la réalité n’étaient en rien comparable à ceux des fictions. Je profitai du fait que le papier soit tendu pour lire la mission. Ok. Je ne comprenais pas la moitié, il pouvait ne pas simplement demander une simple chose plutôt que de nous laisser tout faire. Le plus simple aurait donc été de laisser la tâche à l’autre la convoitant … Mais entre la tête qu’il avait et le vieux de ce matin qui me faisait comprendre que ce monde était pourri, je ne pouvais pas simplement laisser les choses couler. D’autant que c’est le destin qui vint me mettre à la rencontre de cette mission.

« Embrasse la main que tu ne peux pas couper négro. » Ces mots sortir tout seul, le visage ne laissa pas transparaitre le moindre sentiment, à croire qu’il disait à l’instant simplement bonjour au premier vieux de la journée rencontré. Enfin on pouvait aussi considérer cela comme de la méprise. Il se contenta de montrer du doigt le bout de sa cigarette. « Elle n’est pas allumé, t’aurai pas du feu par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Sam 8 Juin - 8:00

Le mépris, ce sentiment est un ressentit bien exécrable dont peu d'hommes acceptent d'y être soumit. Canigi, lui, ne faisait pas parti de ce type de personnes, se soumettant à toute opposition. Il préférait faire face et n'inclinait en aucun pas le visage montrant un quelconque respect à son agresseur. Il y adressait d'ailleurs, lui aussi, une certaine attitude méprisante, dévisageant le personnage à ses côtés, n'étant à première vue pas bien aimable ni respectueux des autres. Canigi posa son regard sur sa tenue, descendant jusqu'à ses pieds, puis releva la tête jusqu'à confronter son regard au sien, et voyant sa cigarette à la bouche, ne décocha même pas le moindre soupire avant d'ignorer ses paroles et de reposer ses yeux sur la quête qu'il souhaitait accomplir, seul. Bien que ne se sentant pas meilleur que son acolyte, le jeune Sunajin voyait très bien qu'il n'avait rien à envier à ce personnage. Un homme méprisant et méprisable, ne valant pas mieux, à première abord, que tous ceux hommes blottis dans l'ombre séchant verres après verres la totalité de pinard que peut contenir une taverne. Le jeune homme soupira, cédant à l'insistance de ce ninja, répétant sans cesse sa question, il finit par lui annoncer qu'il ne fumait pas et n'avait donc pas de feu pour allumer sa cigarette et bien que sa réponse ne fut pas agressive envers cet étrange personnage, ça n'est pas l'envie qui lui manquait, étant donné son arrogance ainsi que l'effet de supériorité qu'il se donnait.
Cela faisait déjà plusieurs minutes que les deux hommes gardaient leurs mains plaquées sur l'affiche, mais étrangement, Canigi abandonna, cédant le bout de papier à son prochain, il repartit en direction de chez lui, totalement démotivé, après avoir lâché un regard noir à son agresseur. Mais à l'instant où l'héritier Hyugima leva sa main de la mission et tourna les talons, un homme s'opposa à son départ. Arrêté net, Canigi prit d'un ton déjà bien sec et agacé :

"Qui-a-t-il encore ? On me vole ma mission, et en plus on m'empêche de partir ? C'est quoi tout ça !"

Après avoir laissé s'échapper ces quelques paroles sous le coup de l'énervement, le jeune homme leva la tête, étant plus petit que son opposant, et fixa son visage. Il remarqua alors un sourire en coin, bien que n'ayant peu d'importance, mais aussi, un bandeau de ninja de Suna. Ne comprenant pas son intervention, Canigi restait là, croisant les bras et attendant la réponse du ninja. Alors que l'homme s'avançait vers le précédent agresseur du jeune garçon, il attrapa l'avis de mission entre les mains de l'autre ninja, puis le présenta aux deux ninjas disant ceci :

"Voyez-vous, votre querelle n'a pas lieu d'être. Que ce soit l'un ou l'autre, étant donné la difficulté de cette quête, aucun de vous deux n'aurait été capable de la réaliser sans l'aide de renforts expérimentés. C'est pourquoi, faisant parti des personnes affichant la totalité de ces missions, je vous annonce que si vous voulez réaliser cette quête, votre coopération l'un envers l'autre sera indispensable."

Suite à ces paroles, l'homme tendit le papier aux deux garçons accompagné d'un sourire donnant l'impression à la fois d'être sadique et poli. Après avoir entendu ces mots, Canigi était dans le doute. Il souhaitait par dessus tout réaliser cette mission qui n'était autre qu'une mission en or pour un genin, mais le fait qu'il soit obligé de le faire avec l'autre ninja totalement imbu de sa personne lui déplaisait fortement. Néanmoins, il se devait de faire l'effort. Malgré sa précédente agression, Canigi restait respectueux de cet étrange personnage, du moins, il semblait l'être, car au fond, il ne l'aimait pas plus qu'une bête errant dans le désert, s'il n'en était pas obligé, il ne l'aiderait pas plus que cette même bête sur le point de mourir sous le poids de la chaleur étouffante et chaotique provoquée par l'incandescence permanente du soleil frappant le sol sableux du pays de Suna.
Alors que Canigi venait de donner son accord pour la réalisation de la mission avec cet homme, il se tourna vers lui, toujours les bras croisés attendant patiemment sa réponse, n'étant mécontent en aucun cas, que son avis soit négatif ou positif à cette alliance pour réaliser la mission, il s'en fichait, s'il ne voulait pas la faire avec lui, Canigi aurait très bien pu trouver quelqu'un d'autre dans le pire des cas. Voilà toute la rancœur et la haine que pouvait lui faire ressentir un odieux personnage tel que celui qu'il venait de rencontrer précédemment. Tandis que le ninja leurs ayant annoncé cette nouvelle s’apprêtait à partir, il leurs dit qu'il attendrait donc leur venu pour valider la saisie de la mission, et que, étant pressé, ils pourraient prendre leurs temps pour se décider, voir même commencer leur mission que le lendemain s'ils le souhaitaient. Le jeune ninja remercia alors son informateur, puis lui adressa un signe d'au revoir avant de se retourner une nouvelle fois vers son équivalent hiérarchique lui adressant ces dernières paroles :

"Alors ? On fait quoi"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Sam 15 Juin - 14:42




Il n’y aurait donc que le soleil pour allumer le bout de ce papier remplit de tabac ? De nos jours la vie compte vraiment trop pour que les gens se risquent à la perdre par l’utilisation de ce genre de choses. Pourtant il n’y avait pas tellement de mal à la chose, dès l’instant où son utilisation se restreint à sa simple personne. Mais malgré cela, il suffisait d’être vu avec pour qu’un certain mépris se manifeste chez l’autre. Ô qu’il était loin le temps où avec un clop au bec était cool, remplaçant la célèbre brindille des aventuriers, maintenant si ce n’était pas un produit vitaminé ou autre truc du genre, ceux ne consommant pas te voyait juste comme un rebus. Pour le coup il était difficile de savoir si le mépris de celui en face venait de cet aspect de ma personne. Il semblait tout de même beaucoup plus touché par le fait que je lui résiste dans la prise de ce papier et de la mission qui va avec. Il fallait dire qu’au vue de nos grades, c’était le genre de mission que beaucoup s’arracheraient, même si pour ma part l’intérêt que j’éprouvais pour cette dernière ne dépassé pas celle que j’éprouvais pour un acte tel que d’engueuler un enfant balançant des cailloux. Ce n’était pas mauvais, il y avait un certain danger attrayant là derrière, mais pour le coup cette mission dont seul le hasard m’y amena me ramener à une perspective bien trop ennuyeuse. Loin de l’ennui du rien faire malheureusement. Sauf que je n’allai bien sûr pas laisser le papier à l’autre, ma fierté proche du zéro mais n’étant pas encore au niveau du zéro, ne me le permettait pas. D’autant que ce n’était pas très difficile, il avait suffi d’un petit combat de regard, bien simple vu que mon regard se perdait au loin au point où je ne savais même pas encore à quoi il pouvait vraiment ressembler. Il lâcha vite l’affaire, même pas eu besoin d’insister … Bon il allait falloir voir ce que je pouvais en faire de cette mission. Non, au pire il me suffisait d’attendre qu’il s’en aille pour redéposer la mission et en prendre une autre.

Rien ne fonctionne comme il le faut, on a dû me maudire à la naissance, ça expliquerait pas mal de choses. C’était qui se mec, le grand frère qui venait aider son petit à combattre l’adversité ? Ça aurait été beau, si bien sûr je n’avais pas à être cette adversaire. Bon finalement rien de ça, juste un de ces ninja administratif, un vieux proche de l’inutile, surement sympa si tu le côtois quotidiennement, mais à l’instant qui voit en face de lui pas plus que deux enfants sortis du berceau. Voilà qu’il obligeait les homologues à s’entre-aider pour la réussite de cette mission. Quelle grandeur d’âme, bien trop proche de l’imbécilité malheureusement, il était simple de voir que l’un ne voulait pas faire la mission et l’autre ne pas la faire avec ce coéquipier. Qu’il s’appelle « Pascal » que ca ne m’étonnerai pas … Il s’en allait après son discours plein de bravoures. Mon futur coéquipier ayant gagné le papier, je le retrouvai donc à me demander ce qu’allai être la suite. Mais quelque chose cloché. Sans prendre la peine de répondre, j’avançais, me retrouvant finalement à nouveau face au vieux. Ce dernier derrière un bureau continuant le mur, ainsi ne laissant personne le rejoindre dans la petite pièce lui étant dédié. Je prenais une feuille face à moi, posant ensuite ma main sur le bord du bureau, les jambes tendus pour ainsi passer le haut de mon corps au-dessus, j’amenai ainsi la dîtes feuille à l’intérieur. Tandis que le mec me regardait bizarrement, allant bientôt me sermonner, j’arrivais enfin à mettre le bout du papier sou le feu d’une bougie, avant de faire venir le feu afin d’enfin allumer ma cigarette. Je lui rendis bien entendu la feuille, sans chercher à enlever le feu s’y tenant bien entendu, et avant qu’il ne commence à montrer son mécontentement me dirigea vers la porte. Voilà qui n’était pas si difficile, allumer une cigarette, franchement …

« Hey, tu viens, on doit s’occuper de la mission … », je lui maintenais la porte – gentleman même envers les hommes – il était maintenant temps d’essayer de coopérer. Bon cette mission, qui avait-il à faire ? Deux groupes, l’un plus suspect que l’autre mais impossible de savoir lequel est-ce des deux. Et ce qui nous amène à eux serait des enlèvements d’enfants, enfin si bien sûr le fait qu’ils soient suspect soit vérifié. « Il y a deux groupes, on est deux, on pourrait vérifier chacun l’un. Le  seul problème c’est qu’à priori c’est plutôt dangereux, donc si tu souhaites qu’on reste à deux ça serait normal » Libérant la fumée de mes entrailles en direction des cieux, je m’arrêtai, les yeux toujours rivé au-dessus « Ce qu’on peut faire sinon c’est simplement de récolter des informations sur ces groupes ou sur les enfants, et se rejoindre après pour se concerter sur la meilleure façon d’agir »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Jeu 20 Juin - 17:27



Une recherche acharnée
Pv : Kuroro Lucifuru



Après l'invitation de son partenaire de mission, Canigi franchit la porte. Alors qu'il regardait cet étrange ninja souffler cette fumée grisâtre vers le ciel, il réfléchissait à un éventuel plan. Il posa son regard sur le sol et analysa la situation. Deux groupes d'individus suspects. Sans doute l'un d'entre eux était un groupe de déserteur. Cette aventure semblait risquait, mais Canigi appréciait se risque, du fait qu'il pouvait d'autant plus évaluer ses capacités et voir s'il est digne des espérance du Kazekage. Rien d'autre ne lui importait, néanmoins, Kuroro, de son nom, semblait vouloir imposer ses propres réflexion au jeune sunajin. Tandis qu'il venait tout juste de relever les yeux, il écouta d'une oreille distraite son interlocuteur :

 "- Il y a deux groupes, on est deux, on pourrait vérifier chacun l’un. Le  seul problème c’est qu’à priori c’est plutôt dangereux, donc si tu souhaites qu’on reste à deux ça serait normal"

Canigi restait perplexe, sa première analyse lui convenait, celle de faire son bout de chemin chacun de son côté à la recherche des groupes sur lesquels le doute était présent. Ce fut d'ailleurs ce que Kuroro dut comprendre, car suite à une réaction de Canigi l'ayant échappé, Kuroro ajouta :

"- Ce qu’on peut faire sinon c’est simplement de récolter des informations sur ces groupes ou sur les enfants, et se rejoindre après pour se concerter sur la meilleure façon d’agir"

Le jeune homme laissa échappé un soupire moqueur. Il déclina sa proposition, mais reprit l'idée de vérifier chacun un groupe, à sa façon, sans même se soucier de l'autre, en effet, Canigi Hyugima prit l'habitude tout au long de son enfance à être seul, cela explique donc son désire de rester dans son coin à faire son petit bout de chemin jusqu'au rang de Kazekage. Une fois arrivé à ce stade, tous le remarqueront et enfin, il arrêtera d'être délaissé. Il se tourna alors vers Kuroro et pointa du doigt l'avis de mission :

"- Tiens, moi je vais prendre ce groupe là ... Tu n'auras qu'à te charger de l'autre si tu en as envie, mais le travail à deux, très peu pour moi désolé."

Suite à ces paroles, il s'en alla rapidement à la recherche du groupe de malfrats. N'ayant pourtant pas la moindre idée de leur position, il s'avançait dans les rues, tourna la tête de gauche à droite afin d'apercevoir les ruelles sombres sur les côtés et enfin découvrir si de quelconques personnages ressemblant à ces hommes s'y trouvait. La chaleur du village de Suna semblait toujours là à son plus haut niveau, laissant le jeune homme dans un état d'ivresse totalement assoiffé. Il se rendit donc dans une taverne non loin de son emplacement et trouva sa place dans un coin sombre à l'abri des rayons du soleil, mais aussi, à première vue, à l'abri des regards, de part ses murs formant des sortes de box à chaque tables. Fixant les adhérents de ces lieux, tous ne semblait pas être blanc comme neige et avaient tout l'air d'avoir quelque chose à ce reprocher. Néanmoins, là n'était pas le sujet de sa mission. Il se devait de se rafraichir et de repartir immédiatement afin de continuer sa quête.

Il commanda alors à boire, appelant la serveuse d'un signe de main, puis attendit qu'elle s'approche avant de lui adresser quelques mots. Suite à cette commande, il profita de son intimité avec la personne, pour lui poser quelques questions sur le groupe d'individus qu'il cherchait. Il lui demanda déjà si elle les reconnaissait, en montrant les photos, puis lui demanda, si cela était le cas, où les aurait-elle déjà vu. Elle rétorqua alors à sa demande :

"Eh bien, oui, je les ais déjà croisés, une ou deux fois je suppose. Non loin de là si vous voulez tout savoir. A ce qu'on m'a dit, ils trainent du coin sud de la ville, prêt des nouveaux lotissements, ils en ont fait leur repère je pense, ou du moins, leur territoire."


Il remercia fortement la serveuse, puis paya sa boisson avant de s'en aller. Suite à ces informations, il se dirigea donc rapidement vers le côté sud de Suna. Afin de prendre des précautions, il escalada le mur d'un bâtiment, puis sauta de toit en toit afin de se déplacer jusqu'au territoire du groupe de suspects. Il observait l'animation des rues, mais encore rien ne se passait. Tout semblait normal, le groupe d'individus ne semblait même pas être là. Il laissa échapper un soupire de déception espérant ne pas avoir à les attendre pour découvrir ce pourquoi ils sont suspects. Il attendait donc tout simplement, allongé sur le ventre, sur un toit, ne laissant que la tête dépasser afin de jeter un coup d’œil dans la rue. C'est alors qu'un instant de répit le fit réfléchir. Il se demandait s'il n'avait pas été trop hostile et s'il n'aurait pas du essayer de faire la mission avec son partenaire en tant que véritable coéquipier, plutôt que partir chacun de son côté. Il méditait là-dessus tout en se demandant si ça avançait de son côté, pour l'autre groupe de malfrats.

© Par Yamashita sur epicode

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Jeu 27 Juin - 11:31


Il avait donc décidé que la meilleure stratégie à mettre en place était celle de la séparation. Il était simple à voir que son choix n’était pas porté sur la meilleur éventualité, un choix qui vient d’une réflexion en posant le pour et le contre. Mais il laissait simplement place à ses ressenties, quitte à être égoïste dans son geste. Un certain danger était présent pour cette mission, au point où on nous obligea à faire équipe, il ne fallait certainement pas mettre ce détail de côté. En tout cas en suivant les enseignements servant à faire de nous de valeureux, le fait de complètement mettre de côté un choix car des éléments personnels nous font mal-aimé ce dernier, était pour sûr une erreur. Solitaire ou bien n’ayant pas apprécié la rencontre, il s’était donc porté sur le fait de prendre le risque, peut-être même sans le considérer, et pour mon cas ce n’était pas plus mal. Je lui avais fait la proposition en sachant que l’habituel voudrait que mes comparses se portent vers les meilleurs choix s’imaginant même déjà comme dirigeant suprême de ce village. Moi j’étais loin de ce rêve, au contraire même je le rejetais comme la peste, au point où même si je venais à être élu des Dieux et ainsi devenais le plus fort et le plus envié à ce poste, je le refuserai et partirai même d’ici. Il n’y avait pas même un seul élément de ce grade qui me portait intérêt. Et il fallait croire que pour l’autre ça devait être le cas également, ou bien simplement il n’était pas encore apte à assumer une bride de cette responsabilité.

Je devais donc m’occuper d’un groupe, l’envie de succomber à la paresse pour lui laisser faire ce boulot qu’il enviait tant me passa plus d’une fois. J’allai plutôt me contenter du strict minimum, me laissant simplement porter par le vent pour voir ce que le destin me donnerait pour cette journée. Pour l’enquête sur le groupe m’étant donné, je n’avais que le nom à disposition. Je devais donc me servir de cela pour obtenir assez d’information afin de savoir le danger émanant de leurs personnes. Enfin  en réalité c’était plutôt de savoir s’ils avaient un lien avec la disparition d’enfant, après s’ils faisaient tout autre mauvaise chose je n’avais pas vraiment à m'en occuper. Il ne manquerait plus qu’il s’agisse d’un groupe de l’ombre au solde d’un riche trop influant pour que je me risque à agir sans avoir de quoi me couvrir. Sauver des enfants étaient déjà assez noble après tout … Avec le seul nom du groupe il me serait difficile d’obtenir des informations convenable sans aller voir la bonne personne. D’autant que si je me mettais à poser des questions à droite à gauche, le groupe finirait vite par savoir qu’un fouineur était à leurs recherches. Il me fallait aussi de quoi monnayer l’information, rien de plus simple quand le plaisir se mêle au travail. Prenant le flux de personnes des rues à l’envers, il me suffisait de frôler ces gens pressés pour voir ce que leurs poches avaient de bons à donner. Je continuai ainsi le chemin jusqu’à l’informateur, réunissant un assez bon pactole pour le faire suffisamment parler.

Prenant un collier du butin, j’entrai dans un bar aux charmes non caché. Des femmes à moitié nue au sol entourant des vieux hommes à la corpulence robuste tout aussi peu vêtu. Je traversais ainsi la grande pièce aux couleurs multiples et aux formes envoûtante, jusqu’à rejoindre une autre pièce séparé par seulement des filets de perles libérant un doux bruit à mon passage. Une femme se trouvait au fond de dos, qui malgré ma venue s’étant fait entendre ne s’était pas retourné. Profitant de sa position, j’amenai mes mains devant elle avec le collier suintant de lumière que je venais fixer autour de son cou. « Il te va superbement, tu ne trouves pas ?
- J’espère plus qu’à sa propriétaire …
- Tu sais bien qu’elle l’aurait toujours si c’était le cas. Tu dois aussi te douter que j’ai ces bouts de papier que te préfère le plus, en échange bien entendu de quelques paroles. As-tu entendu parler des « Janome » ?
- Je ne te pensais pas intéressé par ce genre de groupe, il s’agit que d’assassins s’étant reconvertis dans la surveillance et la protection. Ils ont décidés de venir à Suna depuis peu dans le but de s’agrandir, mais alors qu’ils ont commencé à se faire connaitre à présent ils ne semblent plus trouvable »
 Ils ne semblaient pas vraiment le genre à être impliqué dans l’enlèvement d’enfant, et je ne pourrai surement pas en savoir plus sur eux ici. Je lui demandai si elle ne connaissait pas directement l’un d’eux, mais il semblait qu’il était presque impossible de savoir qui ils étaient. Ils agissent comme des civiles, ce qui leurs permets de remarquer les personnes suspectes ou les bruits qui courent. Des plus organisés, il est difficile de remarquer leurs présences, suivant les personnes suspects à plusieurs en changeant le plus souvent possible de suiveur. Et cela jusqu’au moment où le doute laisse place à une certitude et donc qu’il laisse parler la lame, mais sans se laisser voir, parfois même tuant en pleine rue. Je m’en allai donc, il me fallait agir différemment pour en savoir plus sur eux, même si ça semblait mener sur un sans suite pour ce groupe. Quand j’arrivai à la sortie, je me retournai tout de même et sortie une photo, celle d’un membre de l’autre groupe. « Ha eux aussi ? Je ne sais pas grand-chose, mais justement certain disent que les assassins s’occuperaient de la surveillance de ce groupe. Rien de sûr, mais si c’est vrai tout le sud du village est à éviter pour en savoir plus sur eux si tu ne veux pas mourir. »

J’étais sortie après l'avoir récompenser pour ses infos, le sud donc. Mon coéquipier enquêtait sur ce groupe et si c’était vrai que les assassins étaient devenus leurs surveillances, alors s’il avait obtenu une information sur leur position, il fallait juste espérer qu’il n’avait encore rien fait de suspect autour de leurs territoires … Je l’aurai bien laissé seul, après tout c’était son choix et s’il devait mourir ainsi ce n’était que par sa faute, mais me voilà me dirigeant là-bas. Que ferais-je contre un tel groupe organisé ? Surement rien, mais espérant juste que ce n’était pas trop tard, j’avais au moins la chance de savoir où je mettais les pieds.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Mar 2 Juil - 14:55



Espionner ou être espionné ?
Pv : Kuroro Lucifuru



Cela faisait déjà plusieurs heures que Canigi campait sur ce toit, telle une gargouille de pierre tout de même à l'affut de sa proie. Il patientait toujours, tandis qu'un soleil de plomb frappait son crâne, abrité d'une chevelure assez conséquente tout de même, il commençait à s'épuiser sous la chaleur. Le temps qu'il passait là devenait insupportable, ce lieu semblait être devenu tellement dangereux et déserté que même le vent n'ose y pénétrer. Néanmoins, le Sunajin n'avait d'autre choix que d'attendre. Un déplacement serait inutile du fait qu'il savait que leur repaire se trouvait dans le coin étant donné qu'il s'agisse ici de leur territoire. Le garçon ne savait quoi faire. Il tentait tout de même de remarquer un signe de vie où que ce soit, scrutant les maisons, mais rien ne su lui prouver le fait qu'une vie humaine airait dans le coin. Chaque maison possédait ses volets fermés, rabattus l'un contre l'autre, à première vue un tel fait semblait compréhensif étant donné la chaleur du jour, mais malheureusement, depuis plusieurs heures rien ni personne n'avait arpenté les rues, ce qui prouvait bel et bien le manque d'activité ainsi que la désertion des lieux. Il soupira alors, ne souhaitant qu'une chose partir après avoir achever cette satanée mission.

Semblant avoir un long moment de répit devant lui, le jeune homme se mit à penser à son acolyte du jour. Il se souciait de son cas, se demandant où pouvait bien-t-il être à présent et s'il avait avancé dans la recherche de son groupe. Bien qu'une intuition semblait lui faire pensé que ce personnage n'était autre qu'un fainéant du village n'ayant absolument pas levé le petit doigt, un second avis se joint à sa réflexion, toujours faite par sa propre personne. Peut être qu'en réalité il ne s'agissait là que d'un "fatigué" en apparence, tandis qu'en réalité il s'agit d'un vrai ninja, un bosseur. Après tout, il a tout de même prit le temps de poser sa main sur un morceau de papier correspondant à une mission, cela voulait donc bien dire qu'il souhaitait occuper sa journée.

Canigi stoppa de suite sa réflexion, à l'instant où il aperçut une porte s'entre-ouvrir. Est-ce enfin l'apparition d'un villageois ou celle des membres du groupe suspect ?! Fou d'impatience, il scrutait jusqu'à même observait la main qui poussait le côté de la porte pour l'ouvrir. N'ayant toujours aucun moyen de voir s'il s'agissait bien de l'un d'entre eux, il essaya même d’apercevoir un fin trait de visage de l'homme à travers le jour présent entre la façade et la porte. Cela restait sans succès. Il se devait donc d'attendre péniblement le passage de cette silhouette à la lumière du jour et ainsi observer la première apparition dans la rue. Après quelques instant d'attente, la joie emplie la structure corporelle de Canigi. Il devenait presque fou, fou d'avoir attendu des heures, mais ses efforts n'étaient pas vint, bien au contraire. Il avait maintenant face à lui, bien qu'à plusieurs dizaines de mètres, la totalité du groupe suspecté pour les enlèvement d'enfants. Néanmoins, son surplus d'enthousiasme fut vite décimé lorsqu'il se rendit compte qu'il fallait à présent encore attendre afin d'évaluer la dangerosité des phénomènes et enfin découvrir leurs réelle dangerosité. Alors que le jeune garçon se relevait tout juste afin de se déplacer discrètement sur le toit et pouvoir suivre le groupe d'homme, il entendit un bruit non-naturelle dans son dos. Par réflexe, il se retourna sèchement. Malheureusement il n’eut le temps de réaliser ce qu'il se passait. Un autre homme qu'il n'eut le temps de reconnaitre se jeta sur lui et l’assomma...


[Quelques heures suite à cela]


Le ninja ouvrait de nouveau les yeux après un malaise d'un temps qu'il ne saurait définir. Il se sentait atrocement nauséeux et shooté. Il semblait être dans un état passif, comparable à celui d'un homme shooté à la morphine ou semblable à l'état de zombie. Un état dut à l'acharnement que l'homme dut prendre en frappant son crâne pour l'assommer. Il essayait péniblement d'ouvrir les yeux, mais rien ne semblait changer. C'était comme si la salle était plongée dans le noir... A moins qu'il s'agisse tout simplement d'un sac renversé sur sa tête pour qu'il ne puisse apercevoir ce qu'il se tramait autour de lui. Seul son ouïe lui permettait de déterminer, par sa perception, les choses. Comme tout otage, il était simplement attaché, les mains liées dans le dos, plaquées contre la chaise, et les pieds attachés aux pieds de cette même chaise. Il reniflait, sans cesse essayant de reconnaître les lieux grâce à leur odeur, mais malheureusement, aucune sensation connue lui fit penser à un endroit précis. Il pouvait se trouver n'importe où dans Suna, si ce n'est même au-delà...

Canigi ne pouvait même pas soupirer, sa bouche renfermait un tissu fortement serré autour de sa mâchoire pour l'empêcher de hurler le moindre mot. Le ninja était perdu, paniqué. C'était la première fois qu'il s'était fait piégé, il n'avait pas fais suffisamment attention à ses arrières, quelle bêtise, une erreur de débutant. Il était totalement déçu et équerré par sa propre personne, ne comprenant même pas comment il put se faire avoir si facilement. Au final, le voilà enfermé, détenu sans doute par ce même groupe qui ne devait apparement pas être au complet, peut être piégé par des nouvelles recrues ?
Il n'en savait rien, mais savait en tout cas que s'il espérait sortir de là un jour, il ne pouvait sans doute compter que sur Kuroro Lucifuru, son partenaire pour la mission. Peut être aura-t-il remarqué que son groupe n'a rien à voir là-dedans et qu'il se mettra à chercher celui de Canigi. Où peut être bien que cette hypothèse est fausse et que les deux groupes sont en réalité lié, l'un à l'autre, comme une coalition bien soudée...
Des pas, un grand nombre d'hommes semblait se rapprochait de Canigi. Il les entendait. Il sentait le vent s'affoler à leurs passage à côté de lui. Les voilà face à lui... Qui sont-ils...




© Par Yamashita sur epicode

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   Sam 6 Juil - 10:52

Les rues s’étaient désertifié, il s’agissait pourtant là bien d’un des quartiers les plus populaires du village, qui plus est à une heure si avancé de la journée on pouvait s’attendre à pratiquement pas réussir à avancer dans l’amas de villageois et touriste, mais à la place seul le sable écrasé restait présent. N’ayant même pas la chance de virevolté librement dans les airs, le vent s’étant lui-même donné absent. Que pouvait-il bien se passer ici ? Il me fallait retrouver la trace de mon coéquipier, sans pour autant me faire remarquer par le groupe sur lequel j’enquêtais. Le fait qu’il n’y ait personne sur les lieux n’allait me simplifier la dernière tache, il me fallait simplement rester cacher sans m’inquiéter d’être potentiellement entouré par une dizaine d’assassin parmi la centaine de gens présent. Mais au vu de la situation particulière il y avait de grande chance que le danger soit vraiment présent, d’autant plus pour celui que je cherchais. Depuis le temps il avait bien dû découvrir où son groupe se trouvait et donc s’était amené par ici pour les trouver et savoir ce qu’ils tramaient. Il devait donc s’être retrouvé complètement entouré par la surveillance sans s’en être rendu compte et maintenant que l’inconnu venait se mêler à l’affaire il était même possible que le serpent se soit jeté sur sa proie. Montrant plus que son œil, la plus grande espérance dans ce cas était qu’il eut utilisé son poison pour garder sa nourriture en vie encore un moment.

Je pénétrais le lieu depuis maintenant quelques heures, je mettais toute mon attention dans chacun de mes mouvements afin de ne pas me faire remarquer. Pour l’instant rien ne semblait poser sa vue sur ma personne. Chacun de mes pas en avant était de plus en plus lourd, la pression ici semblait se multiplié encore et encore, l’impression de danger semblant même prendre la forme matériel comme si j’entrai dans l’antre du Démon sommeillant depuis des millénaires et prêt à se réveiller au moindre de ses sens titillé. Il ne me manquait plus qu’une centaine de mètres avant d’atteindre le supposé repaire du groupe occupant le quartier, et alors que le silence meurtrier imposé sa voix depuis le début de mon parcours, enfin un bruit se fit entendre. Vite suivit d’un même similaire, ça continuait ainsi en continue. Ce qui aurait pu être une bénédiction dans le fait d’enfin faire taire le silence, allait être une élévation de l’instabilité de ma position. Alors que je me retrouvais entre deux murs de deux bâtiments différent, mettant incrusté entre deux gros tuyau me camouflant en me laissant vu sur l’allée principale, je pu voir des ombres suffisant à me faire comprendre qu’il me fallait à la fois ne pas bouger et partir d’ici au plus vite. Des silhouettes sans détails défilés devant mes yeux, laissant sur leur passage que le bruit lourd de pas et le fracas de chaines donnant l’impression de marche funèbre des morts se jetant dans le volcan à proximité de la rivière liant notre monde à celui des monstres. De quoi s’agissait-il ? Je devrais certainement essayer de les suivre, mais une telle mobilisation de personnes bien que suspect devait certainement laisser une ouverture pour entrer dans le repaire. Ou alors une peur inconsciente contrôlé mes pensées. Mais il était déjà trop tard, sans m’en rendre compte je m’étais déjà éloigné de cette marche, me retrouvant à vue du mur de côté de l’énorme bâtiment où devrait se retrouver le groupuscule. Il n’y avait plus trop de doute à vrai dire, des gardes gardaient la porte principale, à l’intérieur je pouvais voir par une mince fenêtre des mouvements semblant être ceux d’une ronde de garde.

Il me fallait entrer à l’intérieur. Ce qui m’inspirait le plus dans cet endroit était les sous-sols, peut-être bien n’y avait-il rien, mais je me disais que si des prisonniers devaient se faire sans être remarqué ce serait l’endroit choisit. Je réussissais à entrer par la dîtes fenêtre, passant durant la courte absence de garde pour me cacher quelques mètres plus loin. J’étais à présent dans la gueule du loup, une erreur et je serais dévoré. Mais l’envie de marqué le coup était bien trop tentante. […] Une vingtaine de minute passa avant que le calme soit éteint de manière symbolique. Comme le cri du peuple révolté qui fait trembler le pays, cinq explosion vint faire vibre l’édifice et amener un message similaire « Votre paix prend fin dès cet instant »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission rang C PV Kuroro] Le père fouettard !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Keiro :: Archives :: Archives des Villages :: Archives de Suna-