Partagez | 
 

 [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Sam 1 Juin - 14:33


Nakao Shizuka


  • Nom : Nakao
  • Prénom : Shizuka
  • Âge : 30 ans.
  • Nindô : Guider Kumo vers une ère de sérénité, d'égalité et de paix.
  • Village souhaité : Kumogakure.
  • Avez-vous lu les Règles ? Sasu valide !


Techniques


  • Affinité(s) ou Spécialité : Raiton & Katon (Ninjutsu).
  • Techniques :
      - Katon : Zukkoku > Comme la majorité des techniques Katon, le ninja concentre du chakra dans ses poumons, et recrache un jet de flammes qui s'étend petit à petit. Il s’agit d’un puissant et gigantesque raz-de-marée de feu. La vague de feu peut avancer sur plusieurs centaines de mètres. Tout ce qui se situe dans la zone de feu est ravagé. A utiliser avec prudence !
      - Katon : Dai Endan > Technique nettement plus puissante que le Souffle enflammé, le ninja va créer grâce à l'air emmagasiné dans ses poumons une imposante boule de feu, extrêmement puissante, et qui peut exploser à l'impact. Le summum des techniques Katon.
      - Raiton : Kentai > Le ninja emmagasine du chakra dans tout son corps, et le libère instantanément partout autour de lui, provoquant une myriade d'explosions. Cette technique est très dangereuse, pour les ennemis comme pour les alliés, car la zone touchée par la technique se retrouvera totalement dévastée !
      - Raiton : Kaminari no Tora > Le ninja concentre du chakra, compose quelques signes, et matérialise un tigre composé d'électricité. Une fois formé, l'animal charge la cible qui lui a été désigné, et s'écrase contre lui, lui causant de violentes brûlures.
      - Raiton : Daishinsho > L'utilisateur fait un cercle avec ses mains, et concentre du chakra au centre du rond. Dès que le chakra est chargé, le ninja lâche sur son adversaire un puissant laser, qui le percute violemment. Le laser jaillit très rapidement, et les chances d'esquive sont donc réduites.


  • Style de Combat : (décrivez le style de combat de votre personnage, facultatif).


Descriptions


Physique :

La banalité du physique est fréquente chez ces humains qui peuplent le monde Shinobi. Des blonds, des bruns, des chatains... On en trouve partout autant que pour les yeux marron, bleus ou verts. Pourtant, ce n’est pas de leur faute si leurs gènes ne leur ont pas apporté ne serait-ce qu’une pointe d’originalité. Shizuka s’est toujours considérée comme une femme assez banale mais elle devait bien avouer qu’au milieu de toute une foule à la tignasse brune, elle se démarquerait très facilement des autres. De doux et soyeux cheveux retombent jusqu’au niveau de son coeur et offrent un effet de fantaisie par le rose qui les imprègne de féminité et de douceur. Par ailleurs, son visage plutôt ovale et son teint laiteux de porcelaine dégagent une certaine pureté. Mais alors, une femme aux cheveux rosées, cela parait faible et naïve. Elle ne serait alors qu’une simple poupée pour enfant représentée en réalité et qui passerait son temps à prendre soin d’elle ? Après tout, vivre dans une famille aisée lui permettait de prendre soin de son corps tout comme le font les femmes. Bien qu’étant petite, elle avait fréquemment observé comment sa mère manipulait les produits de beauté et copiait ses mouvements. Depuis, elle effectue toujours les mêmes actions que faisait sa mère. S’accompagne à cette chevelure de claire, de magnifiques iris turquoise plutôt peu communs mais qui n’entrent pourtant pas dans la rareté pour autant. Voilà une trace de sa banalité humaine. Une caractéristique qui fait du Raikage une simple femme parmi tant d’autres. On dit que les yeux traduisent les sentiments et émotions des gens ; et bien les siens traduisent une grande sérénité, un calme sans égal et un sérieux qui se dissipe presque jamais. Il est bien rare de voir la demoiselle être submergée par une émotion comme la tristesse parce qu’en fait, elle le fait d’une manière tellement discrète qu’on peut avoir l’impression que c’est une femme très forte et qui ne succombe jamais à ses sentiments. Rarement elle ne rougit sauf si un homme qui lui plait ne s’approche trop d’elle. Elle a dans ce cas un petit air de fille mignonne qui contraste totalement avec la combattante qu’elle est.

Quoi qu’il en soit à chaque fois qu’on l’aperçoit, elle inspire le sérieux, la détermination et l’intelligence. Son aura peut effrayer tout comme elle peut mettre en confiance. Mais quand on est Raikage dans un univers où les hommes sont très présents par rapport aux femmes, il faut bien se démarquer et leur apprendre qui est le chef. De ce fait, Shizuka ne manque pas de charisme et a de quoi pouvoir assurer l’image de sa fonction. Grande et svelte, elle n’a pas à se plaindre d’être en sous nutrition ou en surpoids puisqu’une nourriture équilibrée ainsi que des efforts physiques d’entraînement lui valent facilement ce beau corps. Une poitrine développée ainsi que d’autres formes féminines bien séduisantes font d’elle une femme très attirante sans oublier cette fougue qui peut être apprécié par bien des hommes qui réfutent les femmes trop enfantines. Pourtant, on pourra noter que malgré sa trentaine, la Godaime parait un peu plus jeune mais cela ne lui fait pas défaut pour autant, tant que l’on peut encore déterminer qui d’elle ou de Saeka est la grande soeur. En matière de vêtements, Shizuka a un penchant pour les tuniques qui valorisent ses côtés de guerrière et elle préfera les pantalons aux jupes et les robes seraient à éviter au maximum à part en soirées spéciales. Elle n’a d’ailleurs pas besoin de porter de talons puisque son mètre soixante douze lui offre assez de grandeur pour pouvoir tenir tête aux hommes les plus entêtés. Plutôt forte même si elle n’a pas les muscles d’un homme, elle serait capable d’envoyer valser le premier qui ose froisser sa fierté ou remettre en cause l’émancipation féminine. Il ne faudra alors pas sous-estimer sa puissance ou encore son agilité et sa rapidité qui sont de grands atouts en combat. Oh oui, Nakao Shizuka est un adversaire redoutable et il ne faut surtout pas se fier au rose de ses cheveux qui lui donne cet air de tendre cerisier.

Psychologique :

Shizuka est une femme forte qui ne se laisse marcher par personne. Ayant vécu dans un milieu où on pensait que la femme était trop faible pour rivaliser avec les hommes, elle a fini par s’endurcir et développer des idées féministes tout en omettant pas la puissance des hommes. Son nindo est de rendre Kumo pacifique, démocratique et adepte de l’égalité du genre ainsi que des âges par la même occasion. Apporter la sereineté à son village serait en plus une de ses plus grandes réussites mais en deux ans de pouvoir, elle ne peut pas encore accomplir cent miracles. Autoritaire, il ne vaut mieux pas contester ses idées si nos arguments ne sont pas du tout constructifs. Bien sur qu’elle est ouverte à toute proposition mais l’idéal serait que ces mêmes propositions soient intelligentes et non issues d’un intérêt personnel ou complètement contradictoire avec sa politique. Dans ces cas-là, elle n’hésitera pas à vous faire savoir calmement que vous feriez mieux d’économiser votre salive. Elle n’est pourtant pas si dure que cela au fond, puisqu’elle reste une femme. Elle n’avouera jamais que la femme est généralement plus sensible que l’homme mais elle sait inconsciemment qu’elle a des sentiments et que sa douceur et sa tendresse font parties d’elle. Envers un enfant ou sa petite soeur, elle pourra paradoxalement dévoiler un trait maternel et oublier sa combativité un instant. Sinon, elle ne cesse d’envoyer de la glace comme impression.

Evitant à tout prix qu’on puisse lire en elle, la trentenaire a du mal à se confier puisqu’elle préfère refouler ses soucis ou les résoudre elle-même. Parfois, il est bon pour elle de se dire que l’aide extérieure ne lui ferait pas de mal. Mais c’est sans doute sa fierté qui l’empêche d’avoir recours aux autres pour ses problèmes psychologiques. Auparavant, elle préférait d’ailleus accomplir ses missions toute seule pour se satisfaire personnellement mais sa Senseï lui avait appris à apprécier le travail d’équipe. En fait, tout ceci relève d’une capacité d’adaptabilité très grande de sa part puisqu’elle a vécu une grande partie de son enfance un peu en solitaire. Par conséquent, être seule un instant ne lui pose pas de problème et elle n’est alors pas atteinte d’histrionie. D’ailleurs aucun trouble psychologique n’est là pour chambouler son mental à part une petite tendance paranoïaque quand elle est sujet de doute. Néanmoins, tout le monde l’est un peu donc elle ne considère pas cela comme un défaut. Bien au contraire, cela lui permet d’être un peu plus méfiante et moins naïve. Peut-être aura t-elle le petit don d’en agacer plus d’un en attribuant peu sa confiance rapidement mais quand on dirige une nation, il faut éviter de se faire prendre pour un bon à rien. Surtout dans un univers sortant à peine de l’inégalité sexuelle. Quoi qu’il en soit, si elle vous accorde sa confiance, cela signifie qu’elle a une bonne estime de vous et qu’elle ne tolérera pas le moindre faux pas de votre part sinon vous aurez affaire à son courroux et à son côté rancunier. Elle n’oublie jamais une faute et même si elle peut parfois faire preuve de clémence quand la violence ne résoud rien, il ne faut pas croire qu’elle est pour autant une Raikage qui pardonne tout. La justice est quelque chose qui lui tient fortement à coeur et c’est justement au nom de la justice qu’elle forge ses lois et ses principes. Shizuka a alors l’apparence d’une véritable héroïne courageuse, combattive et prête à se sacrifier pour son peuple. En apparence, on lui attribuerait le rôle parfait du personnage principal d’une histoire. Mais la rosée n’est pas parfaite et elle a pleins de défauts comme tout le monde. Un véritable être humain a des défauts sinon, il ne pourrait commettre la moindre erreur. L’erreur, quant à elle, est humaine. Elle ne serait donc pas humaine sans ces petits éléments qui brisent son image de super justicière. En effet, Shizuka a tendance à agir trop lentement par moment puisqu’elle veut prendre le temps de réfléchir à une situation ardue avant de progresser ou au contraire, prendre une décision trop rapide quand elle juge que c’est urgent. Mais une situation urgente ne necessite pas toujours une intervention immédiate et la jeune femme doit apprendre à jongler entre ces deux choses là. En bref, c’est une femme qui sait ce qu’elle veut en général et elle ne mâche pas ses mots d’ordinaire mais quand il s’agit de faire preuve de diplomatie pour obtenir ce qu’elle convoite, ses talents oratoires font surface et l’habitus corporel qui la tant conditionné à l’enfance lui offre une certaine élégance et aisance à l’oral. Il n’est pas très difficile pour elle de persuader.

Pour retourner dans sa liste de défauts, on pourrait aussi citer une fierté qu’elle ne refoule pas et qui peut donner l’impression qu’elle est orgueilleuse. Se refusant de jouer les modestes par simple franchise, elle ne niera jamais avoir fait des exploits si ce sont vraiment des exploits. Elle sait assumer ses propres actes héroïques sans pour autant s’en vanter mais elle n’ira pas faire les hypocrites. Voulant à tout prix refléter une image forte de la femme, elle n’hésite pas à vouloir remettre les hommes à leur place et c’est encore là une marque de prétention dont elle ne se défait pas. La belle fougueuse est aussi une personne assez sentimentale pour pouvoir hésiter à prendre des décisions quand elles impliquent la vie de ses proches. Elle arrive cependant à faire la différence même si elle doutera au début du choix à faire. Partagée par le fait qu’elle n’abandonne jamais ses amis et par son sens du devoir, il lui serait bien difficile de faire le choix. Néanmoins, son côté plutôt ouvert lui permettra de se faire conseiller par son entourage professionnel. Elle était certainement une fille solitaire mais en tant que chef du pays de la Foudre, la rosée ne se referme pas sur elle même et bannit donc l’égocentrisme de son comportement. Il était hors de question d’agir comme les membres de sa famille qui ne jurait que par le profit que le pouvoir leur apportait. Elle allait changer les règles à présent et prôner l’intérêt général plutôt que celui de cette petite oligarchie. Tenant énormément aux Kumojin, elle n'a aucune mauvaise intention et au contraire, beaucoup pense qu'elle représente un bel espoir pour le développement de la nation. Un développement autant économique que social serait un idéal à atteindre et pour cela, elle était prête à suivre la vertu de la patience pour un bon moment.


Histoire


    Trente ans avait passé à Kumo. L’époque où le Bijuu Hachibi s’était déchaîné sur Kumo était révolue. Les dégâts avaient été colossaux et bon nombre de Shinobis y avait alors trouvé la mort. Mais certaines familles avaient subsisté et les plus influentes étaient parvenues à mettre un trait sur ces évènements tragiques. Noblesse oblige. La phrase fétiche de la famille Nakao décrivait un parfait arc de cercle au-dessus du grand portail qui donnait sur leur demeure. C’était derrière ce portail même que les individus qui avaient tenté de mettre fin à la parenthèse de cette catastrophe vivaient. Ils avaient pris le soin de sélectionner le nouveau Jinchuuriki ; Killer Bee. Des personnes paraissant souciantes du village des nuages certes mais qui ne cachaient parfois pas une tendance à aimer le pouvoir et la puissance. Cela ne changeait pas des anciennes traditions.

    Quoi qu’il en soit, c’était dans cet univers que Shizuka avait vécu depuis sa plus tendre enfance. Sa naissance avait été un réel bonheur mais peut-être moins que lors du premier accouchement de sa mère, Jun Nakao qui était mariée à Kyôsuke Nakao depuis déjà quelques années. Leur mariage avait été arrangé comme depuis de nombreuses générations dans cette famille noble. Après tout, il était hors de question de choisir n’importe quelle fille ou n’importe quel garçon pour leur futurs enfants. C’était une question d’intérêt puisque les terres de la jeune fille était en partie récupérés par les Nakao. En échange, Kyôsuke garantissait de protéger sa femme et de la chérir jusqu’à ce que mort ne les sépare. D’ordinaire, ces liaisons amoureuses n’apportaient pas forcément l’amour dans un des deux côtés mais entre Jun et Kyôsuke, Cupidon avait fini par tirer sa flèche pleine de passion. Certes, Kyôsuke était un homme assez absent à cause de ses obligations de politicien mais Jun avait toujours été une femme plutôt solitaire et cela l’arrangeait justement d’avoir sa dose de liberté. Ce fut donc dans une ambiance familiale plutôt normale que le couple put mettre au monde un premier fils qu’ils nommèrent Saki et qu’ils prédestinèrent à être le prochain chef de famille. Toutes sortes de projets entouraient le jeune garçon qui ne pourrait alors pas construire sa propre voie.

    Néanmoins, il avait quelque chose que la jeune Shizuka avait toujours convoité. En effet, ayant deux ans de moins que lui, elle n’avait pas autant d’importance donc elle passait un peu en arrière plan quand toute l’attention se concentrait sur le petit bonhomme. A chaque fois qu’ils assistaient à un dîner de famille, on ne parlait que du futur de Saki et quand Shizuka tentait de se faire remarquer, on disait simplement qu’elle réussirait sa vie sur les traces de son frère puis on changeait de conversation. Certains enfants auraient fini haineux vis à vis de cela mais ce n’était pas le cas de notre héroïne qui supportait cette situation. Elle était tout de même bien traitée et elle profitait de l’amour de sa mère même si elle était parfois plus absente avec elle. L’avantage, c’était la liberté que cette autonomie lui offrait alors que son aîné se plaignait fréquemment d’une présence étouffante de ses géniteurs. Dans ces moments-là, la petite fille se sentait fière de ne pas être sujet de sa mère poule et elle appréciait doucement d’être dans son ombre. La dernière chose qui la réconfortait, c’était qu’on attendait beaucoup trop de choses de la part d’un petit garçon pas moins âgé de huit ans et elle sentait que la pression le troublait trop souvent. Quelques fois, elle entendait des claquements de porte lorsqu’il s’énervait contre un père trop exigeant et Shizuka tentait de percer ces problèmes afin de l’aider. Néanmoins, elle n’obtenait rien de Saki qui savait se refermer comme une boîte de fer. Il l’envoyait s’occuper de ses propres affaires sans oublier de lui faire savoir qu’elle n’était qu’une fille qui ne comprenait rien et qui se contenterait de faire la ménagère quand elle serait plus grande. Ce genre d’insulte lui allait droit au coeur et c’est de cette manière que finalement, Shizuka commença à trouver son frère insupportable et faible de se plaindre sans arrêt d’être le chouchou du père. Elle ne voyait guère en quoi elle passerait sa vie à se soumettre aux tâches ménagères et à vivre comme toutes ces femmes qui se contentaient d’appeler des ninjas à leur rescousse au lieu d’affronter leurs problèmes elle-même.

    Pourtant, Kumo lui paraissait être un village bien libre où les individus étaient égaux. C’était vrai mais chez les Nakao, il y avait toujours ce sentiment d’être hiérarchisé. Une grande partie de leur famille siégeait le Conseil du village et était donc proche du Raikage pour l’influencer dans les décisions à prendre. Peut-être que cette influence et ce pouvoir leur faisait oublier des détails aussi importants que la place de la femme dans la société. Enfin, cela dépendait des fois bien évidemment. Il n’y avait qu’à voir la grande tante de nos deux enfants, sévère et implacable, qui passait son temps à rabaisser les autres pour imposer ses idées. Elle n’était pas spécialement mauvaise mais elle appréciait le pouvoir qui défilait entre ses bras et bien souvent, elle en faisait un peu trop. Heureusement que d’autres conseillers étaient là pour l’adoucir un peu et lui rappeler que son vote ne faisait pas l’unanimité. En tout cas, Shizuka ne se plaignait pas de cette femme qui la soutenait. Fervante féministe dans l’âme, elle avouait à notre héroïne qu’elle comptait sur elle pour faire flancher tous ces hommes arrogants à tendances machistes. Cadette ou pas, la grande tante se fichait pas mal de Saki bien qu’elle ne puisse jamais s’empêcher de lui mettre la pression comme pour se venger du fait qu’il était un mâle. Shizuka n’assumait pas directement apprécier le traitement que la tante réservait à son frère mais cela lui faisait du bien de le voir un peu en difficulté alors que tout le monde ne cessait de le complimenter.

    A l’âge de ses sept ans, une rivalité naquit entre elle et son aîné qui était devenu le meilleur Genin de sa promo. On avait permis à sa soeur de pouvoir intégrer l’Académie des Shinobis du village après avoir lourdement insisté et avoir eu le soutien de sa tante. Cette dernière s’était plainte des statistiques trop faibles de Ninjas prometteurs, soulignant que les échecs de mission des nouveaux Genin était une catastrophe. Bien sur, on avait douté de Shizuka en pariant presque qu’elle ne serait jamais Chuunin parce qu’elle était une fille. Entre les Nakao et le clan Yotsuki, il était clair que le monde de la guerre n’était réservé qu’aux hommes bien batis et virils. Pas de place pour les femmes ou du moins, celles qui paraissaient faibles. Même Jun Nakao ne ressentait pas le besoin d’encourager sa propre fille puisqu’elle préférait le faire pour une bonne cause. A travers cette indifférence vis à vis de son intention de devenir une Kunoïchi, la rosée se forgea donc un tempérament plus endurci et qui lui permis de passer outre les petites remarques qui suggéraient son impuissance. De son côté, Saki ne se genait jamais de lui dire qu’elle n’avait aucun talent et qu’elle ne devait même pas espérer le surpasser un jour.

    Atrocement doué dans l’art du Genjutsu, le garçon ne ratait pas l’occasion de montrer aux autres à quel point il était la fierté de la famille. Certes, il était prédestiné à être le futur Raikage si l’actuel devait ne plus l’être. Ou du moins, il faisait parti des personnes potentiellement éligibles. Shizuka trouvait son comportement beaucoup trop prétentieux pour pouvoir diriger cette nation comme il se doit mais elle n’était qu’une enfant qui ne connaissait rien à la politique donc le silence était à sa portée. Lors des nombreuses réunions familiales, elle les écoutait tous, ces adultes qui ne pensaient qu’au profit rapporté par les taxes et firmes agroalimentaires. Saki buvait leurs paroles, se forgeant à l’âge de douze ans une petite opinion sur la manière de gouverner un pays. Cependant, sa soeur trouvait cela risible et à dix ans, elle préférait s’entraîner durement pour obtenir son bandeau frontal plutôt que de savoir quel nouveau pourcentage de valeur ajoutée fallait-il mettre en place pour assurer une bonne économie du pays. Les adultes étaient bien étranges et leur univers ne l’intéressait pas. S’étant forgée le nindo de surpasser son frère et de prouver à cette bande de politicomanique qu’ils se trompaient à son sujet et qu’elle n’était pas simplement née pour agrandir cette famille noble. Ce qu’elle appréciait néanmoins, c’était sa réputation auprès des élèves de sa promo à l’école. Issue des Nakao, elle avait pu profiter d’un grand respect de ses camarades qui n’osaient pas trop se frotter à elle par peur de représailles que cela pourrait avoir. Bien sur, Shizuka n’était pas du genre à rapporter ses soucis auprès de sa famille et puis, ce serait peine perdue. Elle savait pertinemment que sa mère, bien qu’aimante, ne gâcherait pas son temps à vouloir résoudre ses problèmes de gamine. Mais il était toujours bien de jouer le rôle de la fille proche de sa famille et cela lui permettait par la même occasion de se consoler d’être assez solitaire par rapport à son grand frère. Aussi, un autre évènement vint lui rendre un peu plus le sourire ; elle apprit que sa mère avait pu tomber enceinte alors qu’elle était âgée de trente quatre ans, un âge où la fertilité n’est plus très sûre. La petite Saeka était née et signa ainsi le début d’une vie de grande soeur pour notre protagoniste. S’occupant parfois d’elle quand elle n’était pas en cours, elle manifesta un petit talent pour les relations humaines et c’était quelque chose que sa mère semblait apprécier. Après tout, les Nakao étaient de grands diplomates c’était bien connu.

    Quoi qu’il en soit, peu de temps plus tard elle obtint son grade de Genin à douze ans avec le sourire aux lèvres mais Saki visait déjà le prochain examen Chuunin organisé le mois suivant. Rapidement, la détermination de notre fillette ne fut que plus grande. Certes, deux ans les séparait mais elle avait pu révélé un grand potentiel à l’académie. Les professeurs n’avaient pas caché qu’elle était la plus forte de sa promotion et cela était dû à une persévérance sans limite et des qualités d’observation, d’habilité et de réflexion. Comme son père le disait, il ne s’agissait pas que de se battre mais aussi de penser. Shizuka respectait bel et bien ces critères et elle aurait pu acquérir le sourire de son père ainsi que sa fierté mais il n’en fut rien. Elle n’était qu’une fille qui avait brillé un temps mais qui finira par stagner au bout d’un moment, pensaient sa famille. Ce n’était pas inhabituel pour eux vu le nombre de Kunoïchi qui s’était révélées être moins efficaces que les hommes. Quand elle les entendait dire ce genre de choses, la mignonne se forçait à ne rien répliquer et à garder son calme. Saki éclaterait de rire si elle montrait un signe de faiblesse telle que la colère et le mieux était de ne jamais lui offrir cette occasion de se sentir puissant. Alors, elle se plongeait dans une sorte de stoïcisme et préférait rêver plutôt que d’affronter la cruelle vérité que semblait avancer les Nakao. Parfois, son endurcissement ne suffisait pas à l’âge de treize ans et il lui arrivait de pleurer secrètement quand elle se sentait impuissante. Sa famille avait une trop grande influence sur le village et tous savaient blesser les autres en utilisant les bons mots. Des excellents orateurs de nature, en somme. On lui avait appris à bien s’exprimer à elle aussi et mystérieusement, cette éducation bien stricte l’avait assez conditionnée pour qu’elle ne puisse pas oser protester contre le fait qu’on la pensait faible. Le seul événement qui pouvait la réjouir, c’était sa petite soeur qui grandissait à grande allure. Elle lui ressemblait comme deux gouttes d’eau et semblait être grandement attachée à sa grande soeur, plus qu’à son frère bien trop distant et occupé.

    C’était seulement en présence de Saeka que Shizuka se révélait être une personne douce et attentionnée, contrairement à l’image de guerrière qu’elle mettait en avant à l’extérieur pour prouver sa force à son entourage. Passant beaucoup de temps ensemble, notre Genin ne négligea pas pour autant ses multiples rendez-vous en compagnie de son équipe dont le Senseï était une Juunin d’exception. Elle apprenait beaucoup de choses aux trois élèves et elle n’hésitait parfois pas à les mener à des missions périlleuses de rang B ou A. Elle partait du principe que Kumo se devait d’être un village fort et que pour former de bons ninjas, il fallait les habituer aux dangers. De plus, elle affichait clairement ses contestations vis à vis du régime actuel qui donnait plus de crédibilité aux hommes qu’aux femmes. Grâce à elle, Shizuka y avait trouvé une sorte de seconde mère plus compréhensive et moins soumise aux mentalités actuelles. Suivant les moeurs de son enseignante, notre héroïne s’affirma davantage dans sa famille au fil du temps. Elle n’avait pas peur de leur tenir tête et c’était donc avec une fierté personnelle et sans se fier aux sarcasmes de Saki qu’elle pu devenir Chuunin à son tour quand elle eut quatorze ans. L’examen lui avait parut bien facile avec de l’entraînement et des tuyaux donnés par la Senseï. Son nouveau grade lui avait permis de gagner plus d’argent et d’acquérir un peu de notoriété en gardant parfois des classes à l’école. Ses parents parlaient un peu moins dans son dos, préférant simplement ignorer ses talents dont ils commençaient à prendre connaissance. Ils ne voulaient tout simplement pas l’accepter ouvertement puisqu’ils croyaient fortement que le reste de la famille les prendrait pour des personnes faibles, plaçant des espoirs en leur fille au lieu de soutenir l’aîné. Mais cette situation ne dura pas longtemps et le destin avait décidé d’inverser les rôles et de placer Shizuka au coeur des Nakao. Une longue ellipse narrative s’impose donc entre l’entrée en adolescence des deux enfants ainsi que leurs débuts en tant qu’adultes.

    A l’âge de vingt trois ans, une mission avait fini par réunir le frère et la soeur. Classée de rang A, elle nécessitait que des Shinobis de bon niveau aillent l’exécuter. Comment notre Shizuka avait-elle pu être considérée comme une personne forte ? Et bien, elle avait réussi avec brio son examen Juunin du premier coup en surpassant même son grand frère au niveau des résultats de ce concours. Certains avaient hurlé à la triche ou à une tolérance trop grande des jurys mais au final, ces bêtises sorties des bouches des médisants s’étaient bien vite éclipsées. On avait fini par reconnaître qu’elle était digne d’être une Nakao même si les moeurs machistes subsistaient. La mission qu’ils avaient du accomplir était celle d’éliminer des Nukenin de haut rang qui avaient échoué dans leur tentative de faire un coup d’Etat. S’étant enfuis depuis deux jours, les deux avaient reçu l’ordre de les éliminer en compagnie de trois autres Ninja du même rang qu’eux. La mission avait mal tourné, malheureusement. Au bout de trois jours, ils avaient trouvé la trace des déserteurs mais Saki s’était réjoui trop vite. Alors que Shizuka avait désespéramment essayé de lui faire comprendre qu’il leur fallait un plan plus élaboré, Saki s’était emporté en imposant sa propre tactique. Hélas, il y avait pas mal de failles dans celui-ci même si la base était bonne. L’homme n’avait rien voulu entendre, se refusant d’être corrigé par une femme et surtout par sa petite soeur qu’il avait toujours rabaissée. Ce n’était pas le moment d’inverser les rôles, avait-il songé à ce moment-là. En tant que chef d’équipe, il avait donc envoyé tout le monde aller au front sans douter une seule fois que l’échec pouvait survenir. Les combats qui avaient suivi avaient été une réelle boucherie puisque les ennemis avaient pu se servir de leurs nouvelles techniques dévastatrices. Au final, les deux camps s’étaient entre tués et seule Shizuka avait pu survivre mais en subissant tout de même de lourds dégâts. Saki avait rendu l’âme mais avant de mourir, il avait supplié sa soeur de venir l’entourer de ses bras. Jamais il ne lui avait témoigné la moindre affection mais durant cet instant pénible, il finit par lui avouer qu’il l’avait toujours aimée. Il l’avait jalousée pour sa liberté, pour le fait qu’elle n’avait pas vécu sous la pression de toute sa famille et qu’il aurait amplement préféré être à sa place plutôt qu’à la sienne. Shizuka avait été en état de choc en l’apprenant puisque la voix de son frangin n’exprimait plus l’habituelle arrogance dans sa tonalité mais bien au contraire, lui montrait totalement de la tendresse.

    Depuis bien longtemps, Saki avait cru en elle et à chaque fois qu’elle montait les échelons pour le rattraper, cela le motivait à continuer de creuser l’écart. C’était un objectif qui lui permettait d’oublier qu’on avait décidé le tracé de son avenir et qu’il n’avait pas énormément d’autonomie. Avant que ses yeux ne se referment et que son corps ne se refroidisse, il lui pria de prendre soin de Saeka et de lui expliquer qu’il était mort en héros pour protéger le village. Encore une trace d’orgueil et de fierté qui fit sourire Shizuka mais ce même sourire s’était bien vite effacée alors que pour la première fois, elle pleurait d’une profonde tristesse comme elle ne l’avait jamais connue. Elle qui avait tant cru ne pas aimer son frère s’était retrouvée avec des sentiments entièrement chamboulés. Noyée entre trouble et malheur, ce fut d’un air sombre que Shizuka dut annoncer au Raikage que son équipe avait tombé mais que la mission avait été une réussite. Ce qu’elle aborra le plus lors de ses aveux fut l’expression du Sandaime Raikage qui n’avait pas manifesté le moindre sentiment de compassion à l’égard d’un Ninja qu’il avait prédestiné être son successeur. Il lui avait simplement dit qu’elle devait se remettre et que c’était ainsi que le cycle de la vie tournait sans jamais ne finir. Ensuite, il l’avait promue en tant qu’Oinin pour la réussite de cette mission qui avait sauvé beaucoup de vies, d’après lui. Une bien laide réponse qui suscita du dégoût dans le coeur de la jeune femme envers ce système politique trop machiste et trop fier pour vouloir se rappeler des pertes humaines. Ils ne vivaient pas en dictature certes, mais Kumo était une nation beaucoup trop fermée. Avec tous ces hommes qui ne pensaient qu’à être fort en kidnappant des jeunes talents des autres pays, c’en était assez. Shizuka avait donc dû faire le dueil en compagnie de sa famille mais elle avait plus l’impression de l’avoir fait avec sa mère que le reste des Nakao. Vu que Saki ne pouvait plus assurer la future direction officielle de la famille et qu’un nom était retiré de la liste du prochain Raikage potentiel, une décision avait été prise ; Shizuka le remplacerait. Cette même décision avait pris cinq mois à se faire tellement on doutait de ses compétences en tant que femme. Entre les nombreuses réunions du conseil qui eurent lieu, les débats n’avaient absolument pas manqué. Au final, elle pris cela avec honneur même si elle avait songé à refuser de faire partie de leur projet juste pour les perturber.

    Malheureusement lorsque les prochaines élections eurent lieu, ce fut finalement Aa Yotsuki qui prit le pouvoir lorsqu’elle fut âgée de vingt six ans. La demoiselle dut cacher sa déception et mystérieusement, sa famille avait parue presque soulagée de ne pas la voir prendre le pouvoir. C’était comme s’ils pensaient avoir évité le pire et sur le coup, elle avait préféré ne plus les revoir pour un certain temps. D’ailleurs, pour combler sa solitude, elle était partie vivre chez Sheena Fujibayashi qui était une jeune femme avec qui elle échangeait beaucoup de façon cordiale. Sans non plus être les meilleures amies, on pouvait dire qu’elles se connaissaient plutôt bien. Sheena était une rencontre datant d’il y a quatre ans. Elle lui avait sauvé la vie lorsque Shizuka n’était encore qu’une Juunin de vingt deux ans profitant d’une mission de rang A qu’elle avait un peu trop pris à la légère. Son erreur l’avait menée à être grièvement blessée mais le destin avait croisé le chemin des deux jeunes femmes. Sheena avait été, à l’époque, une adolescente de moins de vingt ans qui était Kumojin mais qui s’était rendue au pays du fer pour visiter sa grand-mère. La mission de notre rosée s’était passée exactement dans ce lieu et par chance, elle avait put se réfugier chez la Fujibayashi qui s’était montrée bien aimable à son égard. Avant la mort de Saki ou même bien après, Shizuka s’était sentie moins seule en se rendant compte que Sheena partageait les mêmes idées qu’elle en ce qui concerne l’émancipation féminine. Elle aussi haïssait le régime de ces Raikage qui prônait les hommes par dessus tout. Yotsuki Aa n’était que la prolongation de ces infâmes moeurs et il ne promettait pas à Kumo une bonne égalité de sexe. Néanmoins, elles n’entrèrent pas pour autant dans le cercle du complot pour le renverser de son trone, loin de là. Le temps faisait les choses très bien tout seul.

    Le Yondaime Raikage se montrait tellement étroit d’esprit, brute, peu calme et émotionnel qu’il s’avéra ne pas être rassurant auprès de la population. Agissant sur un coup de tête et mettant peu en valeur le côté pacifique convoité par les habitants, il se fit bien vite critiquer en douceur même dans le conseil. On avait sans doute peur de ses poings ou de son frère adoptif Jinchuuriki mais cela n’empêchait pas les médisances. Mystérieusement, cela faisait toujours sourire Shizuka d’entendre sa famille passer son temps à le critiquer alors qu’ils avaient contribué à son élection. D'ailleurs, ces altercations avec le reste du conseil les avait poussé à mieux s'entendre avec notre héroïne en lui demandant de venir assister à des repas familiaux comme avant. Elle se régalait de les entendre dire qu’il avait le niveau d’un pied en matière administrative et qu’il ne savait faire que taper sur les tables et hurler de contestations lors des réunions. Peu diplomate, en somme. Bientôt, cette situation fut insoutenable et Sheena ne cessait de dire à notre belle Nakao que son heure de gloire viendrait. Et la belle avait eut raison, son instinct s’était révélé juste ; Shizuka avait succédé à Aa qui avait été destitué de ses droits pour incompétences. Aujourd’hui, plus personne ne doute des aptitudes du personnage qui est au coeur de cette histoire. La Godaime Raikage a certes du connaître des mauvaises passes au tout début de sa fonction mais rapidement, elle avait sû faire taire les langues de vipère et généralement, elle assure ses conseils avec intelligence et autorité. Tout en gardant son calme, elle n’hésite pas à calmer les hommes ardents qui ne pensent qu’à leur propre intérêt. Non, la meilleure façon de gouverner une nation était d’aimer son peuple en le menant à une voie pacifique, égalitaire et sereine. Depuis deux ans maintenant, Shizuka ne se plaint pas de la tournure que sa vie a pris. Elle continue toujours de faire le deuil de son frère par moment mais elle finit par se réconforter toute seule en promettant d’accomplir ce devoir avec honneur pour respecter la mémoire de son aîné et faire perdurer Kumo.



Je pose ici mon anti-plagiat de présentation. Cette présentation de Nakao Shizuka (01 juin 2013) est certifiée par moi-même par mon adresse MSN : Moon__Light@live.fr


Dernière édition par Nakao Shizuka le Lun 3 Juin - 19:41, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur & Shinobi Indépendant.
Fondateur & Shinobi Indépendant.
avatar
Masculin
Messages : 373
Date d'inscription : 19/03/2011
Age : 23
Village : Aucun
Affinité : Katon & Raiton


Description du Shinobi
Grade: Genin
Points de Chakra:
160/1000  (160/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Sam 1 Juin - 15:10

Bienvenue ! Je valide déjà le code en attendant la suite ^^ !

_________________
¤ Dossier Shinobi ¤
雷鳴と共に ~ Raimei Totomoni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snk-naruto.forumactif.org

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Dim 2 Juin - 21:45

Présentation terminée. Je vous souhaite une bonne lecture. Si incohérence est, merci de me le signaler. Wink
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur & Shinobi Indépendant.
Fondateur & Shinobi Indépendant.
avatar
Masculin
Messages : 373
Date d'inscription : 19/03/2011
Age : 23
Village : Aucun
Affinité : Katon & Raiton


Description du Shinobi
Grade: Genin
Points de Chakra:
160/1000  (160/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Lun 3 Juin - 10:49

Bonjour et encore bienvenue !

Si je suis bien, tu souhaiterais prendre le poste de Raikage c'est bien cela ? Tongue
En ce qui concerne tes descriptions et ton histoire, elles sont très agréables à lire, je n'ai qu'une question : pourrais-tu brièvement décrire tes techniques ?

_________________
¤ Dossier Shinobi ¤
雷鳴と共に ~ Raimei Totomoni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snk-naruto.forumactif.org

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Lun 3 Juin - 19:42

Merci de ta réponse et effectivement, je vise ce poste.
J'ai rajouté les descriptions des Jutsu Wink
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur & Shinobi Indépendant.
Fondateur & Shinobi Indépendant.
avatar
Masculin
Messages : 373
Date d'inscription : 19/03/2011
Age : 23
Village : Aucun
Affinité : Katon & Raiton


Description du Shinobi
Grade: Genin
Points de Chakra:
160/1000  (160/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Mar 4 Juin - 10:47

En ce qui me concerne tu es bien entendu validée.
Il nous faut simplement débattre du poste de Raikage avec les autres membres du staff. Nous ne tiendrons au courant dans les plus brefs délais.

_________________
¤ Dossier Shinobi ¤
雷鳴と共に ~ Raimei Totomoni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snk-naruto.forumactif.org

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Mar 4 Juin - 17:57

Pas de problème.
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur & Shinobi Indépendant.
Fondateur & Shinobi Indépendant.
avatar
Masculin
Messages : 373
Date d'inscription : 19/03/2011
Age : 23
Village : Aucun
Affinité : Katon & Raiton


Description du Shinobi
Grade: Genin
Points de Chakra:
160/1000  (160/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    Mar 4 Juin - 21:38

Après concertation, le grade de Raikage t'es accordé ! Tu t'engages donc à gérer le village à ta manière et à en gérer les missions, entre autres. Je te donne la modération des forums du village, ainsi que l'accès au Conseil des Nations, réservé au staff et aux Kage.

_________________
¤ Dossier Shinobi ¤
雷鳴と共に ~ Raimei Totomoni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snk-naruto.forumactif.org

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Validé] Nakao Shizuka - Nouvelle Raikage en fonction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Keiro :: Gestion du RPG. :: Conseil des Sages :: Présentations Validées-