Partagez | 
 

 [Validé] Yagugu le retour!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi
avatar
Masculin
Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2014
Age : 20


MessageSujet: [Validé] Yagugu le retour!   Lun 27 Jan - 18:17


Qui es-tu ?

Nom : ?
Surnom : Aucun
Prénom : Yagura
Âge : 21 ans
Sexe : Masculin
Faction : Kiri
Grade souhaité : Just a solo strong boy
Nindô : « Protège se qui te tienne à cœur sans remord... »


Croque ma pomme, hnhn...



Bon, le personnage que je vais vous présenter, que je sollicite, se nomme Yagura, c'est un jeune homme, il a 30 ans, bien que son physique lui donne des allures d'un jeunot d'une vingtaine d'années. Il a tout d'abord les cheveux de couleurs très spéciales : c'est un mélange entre le blond et le beige. Depuis qu'il sait ce que sont des cheveux, ils leur laissent libre cours à leur imagination et ne se coiffent donc jamais, la forme de ses cheveux est donc très singulière. Pour lui, chaque fils de ses cheveux est une vérité différente. Les cheveux ébouriffés, le jeune garçon à des yeux violets grisâtre et dans ses yeux, on pouvait lire la compassion qu'il éprouvait envers les habitants du village de Kiri malgré la majorité qui le repoussait. Ce mélange de tristesse, de sympathie lui permit d'ailleurs de se valoir et de paraître au niveau de Mizukage. Suite au scellage de Sanbi, une cicatrice apparut sous son œil gauche, lui seul en sait la cause, ce qui le rend plus mignon et craquant aux yeux des autres, car au premier coup d’œil jeté sur les siens et sur sa cicatrice, on sait qu'il y règne de l'amour et du désespoir. Son nez et mi-long et fin, il lui permet comme tut le monde de respirer. Pourtant, bizarrement, Yagura ne voit pas son nez comme les autres, pour lui, il n'y a pas « son Nez », pour lui c'est « Le Nez de Sanbi et moi », car Yagura apprécie la « tortue » à l'intérieur de lui et partage entièrement son corps avec le bijuu qu'il habite. Il respire donc aussi pour Sanbi, vous l'aurez compris, sa bouche et simplement faite, elle attend encore le baiser de la charmante demoiselle et pourtant c'est une bouche si belle que, vraiment, on ne saurait dire qu'elle a une lèvre inférieure. Pour finir avec le visage, l'ouïe est non négligeable, l'hôte du démon à trois queues à des oreilles fines, tout comme son ouïe. Elles sont légèrement cachées sous ses cheveux ébouriffés, il ne veut guère les toucher, avant il voulait mettre des boucles d'oreille mais soi-disant Sanbi trouvé sa trop puérile, il n'en a rien fait. Notre jeune
Yagura a une allure démarqué et stable, leste, il possède un physique à en rendre jaloux des hommes comparatifs. L'inconvénient d'avoir un corps fin, musclé sans pour autant marqué et le poids, il ne pèse qu'une cinquantaine de kilos, il est facilement repoussable lorsqu'il est en l'air car il n'a pas d'appuis et la force de ses jambes lui est inutile. Souvent comparé à un enfant par son apparence d'adolescent râleur et désordonné, il se prend plutôt pour un jeune adulte, après tout, il est à la tête du pays le plus secret du monde Shinobi, il n'aime donc pas cette comparaison infantile. Il est mince, et cette description globale ne peut être contrariée, car malgré les années d'exercice à travailler ses pectoraux, rien ne changea, hormis les plaquettes de chocolat aligné sur son corps de petit ange. Bien que la ressemblance entre ses bras et un bâton d'environ 8 centimètres de diamètre est flagrante, notre Mizukage a très bien entretenu ses bras, ils étaient capables de détacher une partie d'une cage thoracique emportant l'omoplate avec, un témoin se trouvant derrière la victime vue son omoplate se prononcer avec beaucoup d'entrain dans le haut du dos. De maigres et puissantes jambes armées Yagura, elles lui permettaient de courir vite, de faire de puissant saut ou d'abattre un ennemi d'un coup au visage ou dans les côtes. Quand on est jeune, mince et fort, on a l'avantage d'être agile et surtout d'être extrêmement rapide, car le jinchuriki est très rapide dans ses enchaînements de mouvements et dans ses déplacements, ce qui le rend plutôt redoutable. Pour résumer, l'hôte de Sanbi est un jeune homme habile de son corps, svelte mais c'est surtout un beau garçon plein de charme. Cotés fringue, le jeune a son style, il porte une sorte d'écharpe verte enroulée autour du cou sans aucun pendant ou alors un petit derrière lui. Il porte aussi une chemise grise, sans mache avec au niveau du ventre, le bandeau de son village. La chemise sert principalement à cacher sa cote en maille à manches courtes que l'on remarque au niveau des bras, il a une ceinture noire avec des morceaux d'or autour du corps lui permettant de garder son arme : un double croché avec un petit en ba et un gros en haut avec une fleur verte au crochet du haut. Un pantalon recouvre ses jambes, et recouvert partiellement par une veste verte sans manche bien mise pour que ça fasse joli.


Yagura a, comme tout le monde, des bons et des mauvais cotés, le mauvais est sûrement qu'il reste la plupart du temps froid et prudent avec les gens, le bon, c'est que malgré ce côté sérieux, il y a un gentil homme plein de tendresse qui souris et rigole avec vous lorsqu'on le connaît bien. Il n'a pas honte d'avouer ces défauts qui est quand même nombreux mais lorsqu'il dit ça, les gens lui rappellent que personne n'est parfait et qu'il possède des qualités comme sa compassion envers ses coéquipiers et son village. L'amour, c'est quelque chose que le jinchuriki n'a jamais connu, parfois il rêve d'une fille qu'il embrasserait avec amour, mais au réveil il s'aperçoit qu'il est seul avec lui et Sanbi pour compagnie. Il s'est d'ailleurs déjà demandé si le bijou à l'intérieur de son corps n'était pas la cause de l'absence de la femme de ses nuits... Yagura a eu la chance d'être un jinchuriki dont la famille est toujours vivante et dont elle s'occupe toujours de lui, il n'a jamais perdu de proche, hormis des Shinobi au combat, chose qui l'attristait beaucoup. Aucune haine ne le rongeait donc de l'intérieur. une sorte d'association fut créé pour que le jinchuriki ne s'aperçoive pas que les villageois de Kiri le rejetaient car certain avaient peur que dans le futur, Yagura, de la famille du Mizukage, devienne à son tour chef du village et ne se venge d'eux. Des 7 péchés capitaux, celui qui lui conviendrait le plus seraient la gourmandise, pour lui, elle se manifesterait sous la forme de toujours vouloir protéger tout le monde, être trop gourmand sur ce niveau lui coûtât d'ailleurs quelque petite blessure. Donc sûrement accompagné d'une once d'orgueil : ne pas croire que les autres ne peut se défendre seul, le Mizukage nous ferait donc un peu de paternalisme. Le jeune garçon n'est pas avare, il est plutôt donneur, car d'après ses dires « une relation se fait en donnant, des cadeaux ou de l'amitié par exemple ». Contrairement à ce que les autres pays s'imaginent, Yagura n'est pas paresseux, ils prétendent que sa paresse l'empêchait de rentrer dans les combats de cette guerre Shinobi. Or, Ils n'acceptent pas le fait que l'attaque de Kiri à Kumo soit surprenante et en est déstabilisé plus d'un, après être resté dans l'ombre, c'était un coup rien de plus étonnant. La luxure est quasi inexistante dans la vie du jeune homme, il ne possède rien ayant de réelle valeur et est très raisonnable, et non capricieux. S'accompagnant avec la luxure, l'avarice n'est pas connue aux yeux du Mizukage, il n'est pas avide de pouvoir ou d'argent et ne veux que le bien pour son village. L'envie, le pire des 7 péchés capitaux, celui qui peut vous faire tout perdre, argent, vie, il y a de l'envie dans le cœur de notre jinchuriki, il n'y en a très peu mais elle est présente : il est un peu jaloux, de la beauté des autres, de leurs sympathies et autres choses que les autres possèdent de naissance mais que lui n'a pas, aucun bien ne l'attire. Des sept péchés capitaux, l'envie, que possède Yagura, est le seul péchés qui ne procure aucun plaisir alors qu'en réfléchissant, les 6 autres péchés procurent quand même du plaisir, le Yondaime n'a vraiment pas de chance... Pour finir sur ses émotions, notre jeune homme est sociable et amical, il aime tout et arrive rapidement à se faire apprécier des gens, ce qui lui permit d'ailleurs de ne pas rester seul pendant son enfance, il avait des amis, peu certes, mais des liens fort les unissaient. Yagura a une vision du monde très spéciale, pour lui, le monde parfait n'existe pas, car tout est superficiel. Les guerres sont forcément présentes bien qu'il n'aime pas, il a probablement tort mais pour lui, tout été peine perdue dès lors que le premier Shinobi exista, car si aucune personne à même de combattre n'avait pas foulé tous ces terres, aucune guerre n'aurait éclaté et peut qu'une paix se serait installer. Bien sur, tout le monde pense différemment. Quelles sont les réactions du Yondaime Mizukage... Comme dit plus haut il protège les gens et serait prêt à se sacrifier pour sauver la vie d'une personne, sinon, sa sériosité et son grade au sein du village de Kiri lui ont appris qu'avoir des réactions insouciantes telle que le non-replis peuvent causer la perte de son village.


Il y a évidemment un point que je ne peux laisser en suspens chez Yagura : La brume sanglante, une partie de sa vie qu'il ne regrette pas, bizarre non ? En effet, pour lui, Kiri doit avoir l'élite des ninja pour vaincre. C'est donc grâce à lui que les 7 épéistes les plus dangereux sont né. Mais pourquoi ne pas le regretter. Isobu, le réel nom de Sanbi ne préfère rien dire à ce sujet. Yagura a lancé cette façon de faire pour que déjà au plus jeune age, les ninja ne compte que sur eux et donc se donne tout les moyens eux même pour devenir les meilleurs, ensuite ça forge le caractère et ça force les gens à comprendre que tout ce qu'ils entreprenne c'est au péril de leurs vie.


Voici donc Yagura-san le Mizukage Quatrième du nom !



Ma vie ne t'appartient pas !

Introduction


Tout commence un jour, c'était un samedi dans le village de Kiri, à 6h du matin, un bébé naissait, ses cheveux étaient de couleur blond/beiges, c'était un beau garçon et une belle journée ensoleillée. Ils le nommèrent Yagura. La famille qui s'occupa de lui les premiers jours était une famille de riche ninja et de populaire commerçant. Ce petit enfant était une perle aux yeux de ses parents, ses petits yeux violets si peu commun envoûtaient toutes les personnes qui le regardait. Pourtant toute cette joie vola en éclat lors d'une attaque surprise de commerçant voisin concurrent, ils ne laissèrent rien, que des cendres et du sang... Quelques-uns s'échappèrent tout comme la mère, elle prit une charrette et traversa le pays, la peur de se faire rattraper était palpable, elle s'arrêta quand elle fut à plusieurs dizaines de kilomètres et laissa l'enfant aux portes d'une maison aux lumières allumées, elle laissa un papier indiquant son prénom, toqua et s'enfuit. L'enfant pleurait lorsqu'un homme et une femme jeune d'à peine 18 et 20 l'adoptèrent... Un enfant qui avait perdu une famille entière sans le savoir. Les nouveaux parents de l'enfant étaient de modestes forgerons qui alimentaient le pays en armes et en parchemins explosifs, maïs il n'arrivait pas à avoir d'enfant et prié n'importe quelle culture pour pouvoir en avoir un, leurs rêves se réaliser. L'enfant était propre, sage et heureux, il grandit vite aux yeux de ses parents adoptifs qui chaque joue lui répéter que quelqu'un l'avait laissé à leurs portes et accompli leur désir, l'enfant étaient content et aimait sa famille : peut l'importer d'être adopté. L'enfant intégra la petite académie ninja du village et s'avéra être très doué, voire même surdoué. Les professeurs le mirent dans une équipe, mais avec la différence de niveau, il fut seul. Et à 5 ans et demi, il fut promu chunin. Il était fier, tout comme ses parents.


«  Le petit prodige » Yagura I


« Maman ! Je l'ai ! J'ai mon diplôme ! Je suis chunin ! » je courais dans le champ qui me rester à traverser pour atteindre ma mère, une feuille dans la main bien vers le haut pour qu'elle le voit, je courais le plus vite possible. Lorsque je l'eut rejoint, elle m'attrapa et me fit tourner dans ses bras, elle lisait la feuille alors que dès les larmes coulait sur ses jougs. Elle me montra à son tour une feuille de papier, que je lis :

« Salut mes chéries, je rentre demain du pays des artisans, tous ses bien passé, les ont été extrêmement bons.
J'ai même un cadeau pour mon petit Yagura ! Je suis sur que le test c'est très bien passé !
Je vous aime : votre père amoureux. » C'était papa ! J'étais content qu'il revienne demain, cela faisait déjà plusieurs longues semaines qu'il était parti, il était temps qu'il revienne quand même.
Le soir, pour ne pas attendre plus longtemps l'arrivée de mon père, j'allai me coucher tôt, ma mère me raconta des histoires et me chanta une magnifique chanson qui alourdit lourdement mes paupières. Le lendemain, une charrette remplies de kunai, de shurikens et de parchemins explosifs était dehors devant la maison lors de mon réveil, je courus dans la maison, rejoins mon père et lui sauta dans les bras, il avait le diplôme dans les mains et me félicita pendant que j'étouffais sous les câlins. Il me demanda alors de fermer les yeux, exécuta et il m'emmena dehors, la fraîcheur du matin faisait rougir mes jougs d'enfant. Lorsque je pus ouvrir les yeux, mon père et ma mère se tenaient devant moi. Dans la main reposé une longue arme, un double crochet, d'un côté il y avait un petit crochet et de l'autre un gros crochet ainsi que juste avant une grosse fleur verte, elle était belle, sûrement un camélia, ma fleur préféré. Toute la journée je m'entraînais à manipuler l'arme parfaitement, mon père m'avait expliqué que les artisans qui avaient forgé l'arme lui avait dit qu'elle descellait un secret que seule la personne qui la manierait à la perfection découvriraient les secrets quelle cache. Jours après jours les mouvements s'améliorer, se perfectionner et devenaient plus puissants, plus fort. Bientôt, je deviendrais un homme sous l'affection de mes parents qui m'aimaient beaucoup. Pour moi, faire des missions seuls n'était pas utile à mes yeux, car elle ne m'apportait rien, il n'y avait aucun travail d'équipe et pour moi, le travail d'équipe est une chose extrêmement utile : Elle forge un ninja. Les années passèrent et je me voyais grandir à vue d'oeil bientôt j'atteins les 11 ans et demi, et le jour de l'examen Junnin approché à grands pas. Ma mère me borda le soir précédent, je redoutais vraiment ce jour car après cela, tout été finis pour moi, si je passais au rang supérieur, même Junnin, je serais jeune et aurais besoin de cour, là, je n'avais aucune chance que sa arrive. Je ne dormis pas bien cesoir-là, je me réveillais en sursaut et en sueur, je me demandais vraiment si je n'allais pas faire exprès de le rater. Mais je n'arrivais pas à mentir et à briser les promesses, car le matin même je promis à ma mère que je ferais tout pour réussir et sans mentir, ce ne fut pas compliquer, les tests étaient simples, voir trop simple, je pense même que si j'avais eu envie, je n'aurais pas réussi à me tromper. Le soir même, je rentrais une nouvelle fois, courant dans les champs avec ma feuille de diplôme à la main, les câlins et les félicitations de mes parents n'arrivèrent tout de même pas à éteindre mon chagrin. Puis le lendemain matin, tout comme la première fois, une surprise m'attendaittoute la maison était vide, les meubles, les affaires familiales avaient été mise dans plusieurs remorques tiraient chacune par une calèche et deux chevaux. Nous déménagions, mais où ? Mon père s'approcha alors de moi et m'expliqua : « Nous partons, toi, moi, et t'as mère, vu que tu es un petit ninja extrêmement doué et que nous recevons de plus en plus de demande de la part du Mizukage et que les trajets son long : Nous partons à Kiri ! Tu vas pouvoir intégrer une école pour jeunes Junnin. » J'étais si heureux, des larmes coulaient sous mes yeux et gouttaient sous mon menton, nous partons pour le village de la brume, c'était formidable.

Les jours passèrent et le chemin pour Kiri était long, il fallait même parfois prendre des bateaux et les chargements ne se faisaient pas en un claquement de doigt. Mais bientôt, nous fûmes à Kiri, il y avait des gens partout, c'était magique, les gens nous voyaient passés et nous disaient des bienvenues, et je leur répondais des merci en rigolant de bonheur. Une nouvelle vie m'attendait !


«  Le mot Famille » Yagura II



Cela faisait déjà une semaine que le déménagement avait été fait, il ne m'avait pas inscrit encore dans ma future école de Junnin, apparemment dans deux jours, le Mizukage du village viendrait dans la classe que j'allais intégrer, une fois de plus, mes parents me gâtaient de surprise qui me rendait content. Puis le jour J’arrivai, il y avait peu de monde dans la salle, une sorte de petit amphithéâtre avec des tables de trois places, et moi, vu que j'arrivais en cours d'années, je me retrouvais tout fond et seul. Le Sandaime entra, de ce qu'on disait, il avait quelque chose à voir avec la brume, il nous dit bonjour et en cœur, nous lui répondirent, il commença : « Je suis le Sandaime Mizukage, donc 3e du nom. Je vais commençais par mes techniques puisque vous attendez tous sa avec impatience (Il ne m'avait pas vu...). Mais avant, j'aimerais vous dire que toutes les techniques que je tiens, je les dois à mon maître le Nidaime, vous savez tous qu'il était un hozuki dont l'eau formant son corps était mélangée à de l'eau. il inventa donc des techniques dévastatrices comme celle où un clone de lui, en frottant l'air et son corps, grossis jusqu'à exploser, puis se reforme, et ainsi de suite indéfiniment bien que son point faible soit que l'utilisateur soit plus vulnérable aux techniques. Bon, parlons de moi maintenant, je possède un kekkei Genkai, celui de la kagure  no jutsu, je possède plein de techniques dangereuses qui font appel à la brume. Le Nidaime Mizukage m'a enseigné une technique capable de transformer entièrement mon corps en brume, comme les Hozuki et l'eau, malheureusement elle coûte beaucoup de chakra alors il m'a appris sa technique du clone mais avec mon corps lorsqu'il est en brume. Je vous explique, lorsque je suis faits de brume, mon corps se dirige vers un endroit, puis les transformations chimiques entre le chakra la brume et l'air font une explosion d'eau brûlante, pas une explosion comme le parchemin explosif, certes.
Je peux aussi faire des brumes qui créent des troubles entre les yeux de la personne et la lumière de 1 seconde et d'autre techniques comme le fait de transformer la brume en eau. Je vais vous parler du pays et de sa fonction... (Il venait de me regarder, il penchait la tête d'un côté en regardant mes yeux violets et mes cheveux) ... Tu...Comment est-ce que tu t'appelles jeune homme ? Tu es jeune pour un Junnin .
Je m'appelle Yagura, monsieur, j'ai réussi le test des jeunes Junnin, il paraît que je suis très doué.

Tu... Tu t'appelles Yagura... Vient avec moi petit.



Je le suivis, nous traversâmes le village jusqu'à la tour du kage, je rentrai dans son bureau. Je pense que pendant bien une bonne heure, il me posa des questions sur moi, mes parents dont je lui qu'il m'avait adopté petit devant leurs portes avec mon prénom écrit dessus. Il m'attrapa, et me serra dans ses bras, je ne comprenais vraiment rien....
Puis il me raconta son histoire, celle d'avant, il était donc un ninja d'une famille de très riche commerçant très reconnu et réputé dans Kiri, et puis un jour sa sœur accoucha d'un petit enfant qu'elle nomma Yagura, soudain je plongeai dans une sorte d'inconscience, j'écoutais l'homme qui me dis que quelques mois plus tard, une attaque surprise venant d'autres commerçant fit un massacre, personne n'y était préparé et tous moururent hormis ma mère et, donc, mon oncle et moi. Il m'expliqua finalement qu'il me reconnu grâce au yeux de ma mère et au cheveux de mon père. Je pleurais et mon oncle me tenait dans ses bras... Ce soir-là, il me raccompagna chez moi, il resta même mangeais pour le dîner. Et lorsque je partis me coucher, il parla à mes parents, j'écoutais discrètement ce qu'il racontait, il leur demandait de venir vivre avec lui dans sa grande maison, où il pourrait voir son neveu tous les jours. Mes parents n'allaient plus travailler, mais ils se réjouirent et acceptèrent, il ne souhaitait que mon bonheur. Et le lendemain matin,ils m'expliquèrent ce que j'avais écouté le soir même. Que du bonheur ! Lorsque j'arrivai en classe, je me sentais comme un animal de foire,tous les élèves se précipiter sur moi, mais, curieusement, je sentais que deux d'entre eux qui ne me criais pas dans les oreilles étaient sincères et m'avaient remarqué dès le premier jour. J'allais donc les voir, c'était deux garçons, l'un avait les cheveux cour et en bataille et l'autre mi-long avec des piques un peu partout et de ce qu'on disait sur eux, il n'avait que 13 ans, justes 2 ans de plus que moi. Par chance, on fut même mis dans la même équipe de Junnin. Celui aux cheveux cour et désordonné était Joshua, un Yuki, utilisateur du Hyoton. L'autre s'appelait Sanjui, il était un utilisateur du Shoton, et tout comme moi, ils maîtrisaient l'élément Suiton. Au fil des mois et des années, les quêtes et les missions réussissaient, nous inventions des techniques à trois, et on s'amusait beaucoup.


«  Sanbi, le démon à trois queue et les deux traître » Yagura III

Mes 16 ans furent fêtés dans l'espèce de palace de mon oncle avec mes deux copains et mes parents. La première semaine qui suivit mon anniversaire, le Mizukage m'emmena dans un endroit normalement interdit pour moi, la salle de stratégie. C'était une salle dans laquelle se trouvait une immense table sur laquelle la carte du du monde Shinobi, il y avait les placements des armées du monde entier et des camps de base, il prit la parole : « Tu connais cette salle, je t'en ai déjà parlé, tu vois, nous, les Kirijin possédons sûrement les meilleurs espions que le monde est connu. Mais toi, tu possèdes quelque chose que ton père avait et que tu as sûrement scellé sans le savoir au plus profond de toi, je vais donc t'aider à faire sortir cette chose qui est un Kekkei Genkai ! Comme moi tu en possèdes un, mais le tien est très spécial, il s'appelle le Kekkei Genkai : Sakushi (Tacticien). Ton père était vraiment redouté grâce à son kekkei Genkai. Il devait devenir le Sandaime mais tout à mal tourné... Bref, il consiste à ce qu'au fur et à mesure des combats que tu fais ou que tu observes à calculer les pourcentages de chance que ton ennemi fasse une action, mais malheureusement, il faut assister plusieurs fois à un combat ou s'oppose les personnes que tu veux analyser. Et tu as déjà raté 16 ans de ta vie. Donc aujourd'hui même je vais libérer le sceau de peur et d'effrois que tu t'es placé dans ton coeur. Son risque de... » Soudain il me donna un très puissant coup avec la paume de la main et au contact, il prononça le nom d'un fuin jutsu.
De 1, je fus projeté violemment au bout de la pièce, sur volant la table avec la carte, puis une forte douleur apparue au niveau de la poitrine gauche. Comme si un poignard m'avait été plantai, je souffrais, mais je ne voulais crier, pour ne pas me faire passer pour un faible. Pendant cinq longues minutes, je me tortillais de douleur pendant que mon oncle, touchais aux pions sur la table. Je mis aussi une dizaine de minutes pour retrouver mes états. Mais je me sentais différent, quelque chose avait changé dans ma façon de voir les choses. « C'est bon ? Ça va mieux . Maintenant j'aimerais que tu regardes la table, j'ai bougé les pions jusqu'à nos premières informations sur les placements armés des pays, tu vois . J'acquiesçais et il reprit, ces informations dates de la moitié du règne des premiers kage juste avant que la première guerre ninja éclate. Maintenant, je vais te montrer leurs déplacements lors du premier mois » Il bougeait un pion, j'acquiesçais et je retenais, il en bougeait un autre et le même calcul s'opérait. Jusqu'au dernier pion bougé. Il passa alors au second mois de guerre, Kiri n'était pas vraiment investie dans la bataille, elle fournissait argent et nourriture au pays qui devait ensuite lui rendre avec les intérêts, parfois elle fournissait de l'aide militaire au pays en envoyant des escouades accompagnées d'un des 7 épéistes assassins ninja de notre village. Lorsque le troisième moi finit, il me demanda d'aller me coucher, puis le lendemain, le 4e, le 5e et le 6e mois. Puis le jour d'après, et je ne saurais l'expliquer, avant qu'il explique les déplacements d'Iwa, je pris la parole : « Iwa, 30% de chance que cette escouade aille ici par-derrière, 60 % quelle attaque de front, mais seulement 10% qu'il ne fasse rien. » Surpris sans trop l'être, je voyais qu'il avait déjà vu ça venant de mon père, il me frotta les cheveux et me félicita. Il continua, et la semaine suivante, j'arrivais à donner des pourcentages de déplacements sur chaque pays participant à la guerre. Enfin j'avais quelque chose que moi seul avais.

Une fois, j'étais dans les couloirs de la tour du kage et je surpris une conversation, je me cachais et écoutais attentivement, je les reconnaissais il y avait Kisame un épéiste Kiri, et son maître Suikazan Fuguki, l'épéiste légendaire de Kiri, possesseur de Samehada. Je les connaissais bien, tous les 2 jours il faisait de rude entraînement et depuis que mon kekkei Genkai avait été libéré, j'allai m'entraîner moi aussi dans les gradins à regarder attentivement leurs mouvements, bien que l'immense quantité de chakra de Kisame par rapport au mien m'empêche d'utiliser ma technique, je me focalisais sur Suikazan, qui avait une dose de chakra identique au mien, même si son niveau était plus élevé. Il parlait donc d'un Biju, Sanbi je crois, il aurait été repéré près de quelques îlots sous les eaux... Et de leur dire, Suikazan coincerait son épée dans le monstre pour lui voler son chakra et l'utiliser ensuite pour prendre le contrôle de Kiri. Je partis en courant pour chercher mon oncle, il avait assemblé des escouades de ninja dont j'aperçue Suikazan mais lorsque je voulus lui parler il me raconta qu'il avait découvert l'endroit où se cacher Sanbi et qu'il fallait que je rejoigne Joshua et Sanjui. Bien sur, à peine je les rejoins pour leur parler de ce que j'entendis que la troupe partie et qu'il fallait tenir la cadence pour ne pas se laisser distancer. Sur l'emplacement donné, je le vis : le démon à trois queues : Sanbi. Il ressemble à une grosse tortue monstrueuse mais en même temps que le combat, je devais m'occuper du traître. Kisame n'était pas là, et tant mieux.
Le Bijuu se battait contre les quelques forces qui l'avaient débusqués, elles battirent en retraite et revinrent nous voir. Soudain, deux queues du démon s'abattirent dans l'eau vers notre direction, et une immense vague apparut. La vague s'approchait dangereusement de nous, je lançais un regard à Joshua et à Sanjui, nous sautâmes parmi les troupes en lançant des mudras identiques à tous trois. Puis, atterrissant devant les ninjas, sur l'eau, nous dîmes rapidement et en même temps le nom de la technique : Bakou Shuishouha ! Trois vagues partirent, elles s'assemblèrent ensuite pour en former une de taille égale à celle-ci jeté par la tortue, nous nous trouvions sur la vague, au-dessus du rouleau et juste avant le choc, nous firent un bond en l'air, jetant des kunai explosifs en direction du Biju. En même temps Juosha cria au ninja resté derrière d'attaquer, je vis même le Mizukage sourire et accompagner ses troupes dans la bataille. quant à nous, nos mouvements étaient identiques, à peine le kunai jeté,d'autres mudra s'enchaînaient, les pieds posés sur l'eau, je lançais ma technique du Dragon aqueux alors qu'au même moment, Sanjui collait ses deux main droit devant lui et lançait la technique du dragon de cristal, une boule de cristal rosâtre fait de piquant apparu au bout de ses mains et le même dragon d'eau que le mien apparu, mais en Shoton et ce fut la même chose pour Joshua qui dut transformer l'eau en glace avant de faire partir un dragon en glace bleu clair. Je ne pus voir comment le monstre sans sortis car je remarquai Suikazan qui tenait sa grosse épée loin derrière lui, prête à être jeté sur le Bijuu, je fis quelques pas en avant puis en glissant sur l'eau, je me retournai, exécutant des mudras, j'activais un jutsu et alors que Suikazan élançait son bras vers l'avant, un puissant jet d'eau sous pression renvoya le traître sur la berge.
L'homme s'écrasa, il se relevait lorsque je l'eut rejoint sur les terres d'un petit îlot, bien sûr, personne n'avait vu ou entendu les dires de Kisame et son maître. Donc, pendant qu'il se relevait, je lui racontais ce que j'avais entendu. Il ricana, un vieux rire de poisson panné qui donnerait la chair de poule à n'importe qui l'entendrait, pourtant, je connaissais la plupart de ses coûts cela faisait 1 mois que je l'observais, 15 entraînements intensifs ou moi je l'observais avec grande attention sans savoir que se combat surviendrais. Je lançais des coups d’œil à Sanbi, je vis le mizukage qui jetait des coups dans l'air avec son épée de la brume se formais devant en prenant la forme du coup puis la chaque particule brumeuse se changeait en eau chaude qui brûlait, tranchait et explosait au contact de la cuirasse du démon à trois queues, peu de temps surviendraient avant qu'il n'utilise la technique que le Nidaime lui a enseignée. J'attrapais mon double crochet, je savais comment esquiver ses attaques et toutes les possibilités de ses futurs coups. Il ramassa son arme, puis le combat s'entama, je faisais semblant de faire un combat normal ou je bloquer ses coups.
En fait, je justifiais mes analyses, puis je jouais aussi un peu avec mon arme que je maniais à deux mains, même si les coups de mon adversaire étaient fort, puissant et appuyé, mon arme ne révéla aucune marque sur son métal noir. Puis, j'arrêtais et débutais la phase ou chaque coup devait être esquivé et renvoyé sur son adversaire. Quand je bloquais un coup pour le faire passer sur les côtés ou pour l'accompagner dans son mouvement, le blocage s'accompagner du coup de poing ou d'un coup de pied sur l'adversaire qui, au bout d'un moment fit un saut en arrière pour laisser le combat sur la touche. Il ne ricanait plus mais grimaçait comme surpris, il venait de me reconnaître sur les gradins quand il faisait son entraînement avec Kisame. D'un coup, un rugissant de douleur me percèrent les oreilles, je me retournais, les mains placées en oreillette, je vis une explosion d'eau au niveau de l’œil droit du monstre, il gémissait. Mon oncle demanda à ce qu'on le scelle dans son fourreau d'épée. Il voulait garder le monstre dans le fourreau, bloquer par l'épée mise à l'intérieur pour qu'il ne puisse s'échapper. Le monstre fut scellé, je me tournais, me souvenant de mon ennemi qui me plaça un puissant coup de poing au niveau du visage, je pus mettre les mains devant mais la puissance me jeta quand même dans l'eau qui bordait la petite île sur laquelle nous nous combattîmes.


«  Nouveau poste. Nouvel amis. » Yagura IV


Bizarrement, Suikazan avait disparu, aucune trace de lui et Kisame, moi sa me faisais sourire alors que pour d'autres, c'était une grosse perte, surtout que le Mizukage avait, en cachette, était soigné d'urgence car il fut touché alors que Sanbi été aspiré vers le fourreau. Il y avait des rumeurs sur cet incident, certain disait que mon oncle était un héros, qu'il avait sauvé un tas de gens (ce qui éte vrai) mais en vrai : il m'avait dit en face qu'il avait été touchés à un point vital et qu'il ne lui restait que 2 ans à vivre. La première année, je profitai de mon Oncle mais le temps avec les bonnes choses, passe plus vite, il y eut alors en début d'année qui suivit, celle de mes 18 ans. Mon oncle commençât : « Écoute... Tu sais, que je risque de mourir cette année, et Tu es le seul membre vivant dans ma famille. Je suis donc désolé mais il est coutume de sceller les démons à queue à l'intérieur d'une personne de la famille du Mizukage. Je... Non laisse tomber, plus tard, profite de la vie mon petit » Il avait pris l'habitude de me passer la main dans les cheveux. Mais ce qu'il venait de me dire était vraiment abasourdissant... Je n'en revenais pas, des larmes coulaient sur mon visage d'adolescent, j'allais perdre un membre de ma famille et gagner un monstre. Quelle misère... Tout se passa plus rapidement que prévu, le mois suivant, une soirée entière de douleur se passa, le monstre s'agiter en moi, le sceau des Torrent Brumeux était un puissant sceau inventé par le Shodaime en personne, il se transmettait de Mizukage en Mizukage sauf que cette fois-ci, j'étais le cobaye. Le monstre criait dans mon corps, intenable, je savais que la rude nuit qui m'attendait, risquait d'être torride. J'étais sur de l'eau, de l'eau bleu lagon, mais il n'y avait pourtant pas même 50 centimètres de profondeur, Il y avait de la brume : suivant l'endroit où je me dirigeais, elle était plus ou moins épaisse. Ma tête fonctionna et je réfléchis, si le sceau utiliser la brume pour marchait, alors là où la brume serait moins épaisse, le Bijuu y serait. Bien que je ne veuille pas rencontrer la monstrueuse tortue à trois queues, je suivis le chemin que la brume indiquée. J'arrivais à un endroit ou la brume elle-même n'existait pas, il faisait beau et pourtant aucun soleil n'était dans le ciel. Puis, ce «bonjour... », il fut long, effrayant, je me retournais et le démon était là, devant moi à une vingtaine de mètres de moi. Je remarquais qu'entre lui et moi il y avait un gros sceau, il était fait d'un symbole et de plusieurs petits formant des cercles et puis de branche partant chacun d'un côté à des intervalles égale. Une brume extrêmement épaisse s'échapper du sceau, elle venait entourer les membres du Bijuu du bout des pattes jusqu'aux trois queues, seule la tête du monstre été libre pour qu'il puisse parler. Il démarra alors un dialogue : « pourquoi m'avoir capturé ? Je ne faisais de mal à personne n'est-ce pas . Je ne demandais que la tranquillité du fond des flots et pourtant, vous les hommes, avide de pouvoir vous avez réussi à attraper et à mettre en cage le plus innocent des Bijuu... se voit était grave, lente et parfois montés en intonation et accélérer un tout petit peu et j'avais peur je l'avoue.
Écoute-moi, Sanbi. Il y a des hommes avides de pouvoir, d'argent, de notoriétés et d'autre chose mauvaise qui font la réputation de l'être humain... Mais il y a aussi des gens qui vivent de bonheur et d'affection envers la paix et le monde, par telle ou telle façon et je fais partie de ses gens là.
- Tsss... Peut-être mais comment expliquerais-tu sa, il me montra son œil fermé à jamais par la technique trop puissante du Mizukage qu'il a fait sur l’œil de la tortue. »
Je ne savais quoi dire et un bras pinçait où griffait l'autre, je croisai alors les jambes, et m'assis sur l'eau qui ne mouillait pas, bizarre n'est-ce pas ? Je me réveillais en sursaut, j'étais sur un lit de l'hôpital, il y avait toutes les personnes qui m'étaient chères autour de moi. Je souriais beaucoup. J'étais heureux de ne pas être mort le soir précédent, même si les risques étaient minimes. À peine ils m'autorisèrent à sortir que je voulus parti pour une escapade dans les endroits inexplorés de Kiri. Mais, mon oncle me retint, et me demanda de rester quelque temps encore. Il voulait m'apprendre une technique qu'il avait élaboré tout au long de son règne : « Ce Jutsu se nomme le Kirikagure no Jutsu. Chacun Kage a apporté au village sa touche personnelle, moi c'est une technique de mon Kekkei Genkai que j'ai réussis à adapter pour que les Kirijin puissent tous l'utiliser.
Mais pourquoi moi ? Il y a d'autres personne
Oui c'est vrai, sauf que toi, tu seras le prochain Kage
Quoi ?! Je faillis m'étouffer tout seul, pourquoi moi ?
Ton père devait être le Mizukage, pas moi, maintenant, tu es prêt à reprendre mon flambeau sans le laissait s'éteindre. Maintenant part, j'attendrais ton retour !


Je rassemblais donc mes affaires pour partir sur une de ces îles remplies d'animaux sauvages et encore non découvertes. Il ne me fut que quelques jours pour trouver ma Terre sainte. Bien que Sanbi soit têtu, il me donnait un entraînement et j'obéissais. Je méditais sur l'eau jusqu'à entendre entre ses profondeurs les infimes battements de son cœur, je travaillais l'équilibre sur une corde accrochée entre les 2 plus hauts points de l'île contre le vent pour ne point se faire renverser par une secousse, je travaillais aussi ma force et ma vitesse sur les plages jusqu'à entendre le fouettement de l'air lorsque mes puissants coups de poing et de pied sont lancé pour abattre l'ennemi. L'avant-dernier jour, c'est moi qui donnai un ordre au Bijuu que j'enfermais : « Je veux pour te prouver ma sincérité que tu me fasses vivre la même chose qu'il est arrivé à ton œil ! Mais attention, je veux que ce soit dans la réalité pour que tout le monde voit que si j'ai cette future cicatrice à l’œil, les gens voient que tu as subi les désarrois des hommes.
Je veux bien... En vérité je t'aime bien, je vais donc t'obéir mais en échange laisse-moi après te redonner la vue et te soigné
C'est d'accord mais j'aimerais avoir au moins 30 minutes de souffrance
Quoi ?! Ce n'est même pas ce que j'ai eu ! 10
Oui mais c'est-ce que les hommes mérite donc au moins 15...
Bon d'accord.... »


C'est ainsi que de nouveaux tourments arrivèrent. Dès que les débuts de mes désirs furent accomplis, une blessure à l’œil gauche descendant jusqu'en bas de la joug se montra. La peau se déchira, tout comme mes cris à travers le paysage. Ces même cris de douleur continuèrent durant 15 minutes exactement par une de plus, l'ouverture se referma, mon œil, lui, se reforma et mes jougs se recousaient, seule une trace suivant la blessure et de petits traits fins à intervalles réguliers traversaient la cicatrice. « Voilà tu es content . » J'acquiesçais et me dirigeais vers Kiri. Dès le lendemain matin, je fus aux portes, les gardes m'informèrent qu'aux dernières nouvelles, le Mizukage avait été transféré à l'hôpital. Je courus donc au lieu informé et rejoins la chambre de mon oncle... Infestés de soigneur, ils parlaient fort et je pus entendre que son cœur venait à peine de lâcher. Il n'avait pas menti, il tiendrait jusqu'à ce que j'arrive... J'étais donc le nouveau Mizukage, et j'avais un nouvel amis.



Conclusion :

Après avoir passé plusieurs année en tant que kage, j'ai été hypnotisé par madara. Sanbi a finalement réussis à me sortir de cette puissante hypnose. J'ai appris que j'avais plongé Kiri dans un temps de brume sanglante... Un moi à peine après avoir repris connaissance, moi et mon ami Joshua et moi Sanjui étions partis en mission pour retrouver notre complicité d’antan, presque entièrement perdu lorsque j'étais sous contrôle de l'uchiha. Malheureusement, on nous tendis une embuscade, toute une escouade d'anbu de kumo qui voulait m'attraper pour obtenir Sanbi. Le combat fut très rude Joshua mourus en premier, je contrôlais Sanbi encore mieux qu'avant et nous étions en parfaite symbiose. Sanjui et moi étions à terre, horriblement blessé, nous avions réussi a nous isser sur l'eau couverte par la brume même si nous savions que les anbu kumojin avaient de bon pisteur et traqueur. Sanjui me protegea et utilisa une technique Hyoton pour m'enfermer dans une grosse boule de glace qui plongea au fond de l'eau. Cette boule permettait une récupération lente du corps et du chakra, tellement lente que plusieurs années étaient nécessaire pour récupérer entièrement où elle se brisait ensuite. Après avoir passé plus de 15 ans dans cette boule, j'en sors et reste en solitaire, toujours caché d'une cape pour que personne ne me reconnaisse tout en me jurant de protéger continuellement Kiri et ses habitants.




Ôtons nos masques...

Prénom ▬ Surnom : lulu
Âge : 15 ans
Où habitez-vous ? Figeac
Comment avez-vous découvert Shinobi no Keiro ? Je suis un des plus vieux membres alors respect >:/
Qu'est-ce qui vous a plu ? Tout xD
Suggestion(s) ? Rien n'est parfait, je le sais mais pour l'instant je n'ai rien à dire. Si quelque chose me vient à l'esprit, je vous tiens au courant.
Code du Règlement : Code validé by Miyu'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Validé] Yagugu le retour!   Lun 27 Jan - 19:34

Bon retour! Beaugoss <3
Revenir en haut Aller en bas

Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi
avatar
Masculin
Messages : 15
Date d'inscription : 26/01/2014
Age : 20


MessageSujet: Re: [Validé] Yagugu le retour!   Lun 27 Jan - 19:40

Oh merci mon Chewiiii <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Validé] Yagugu le retour!   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Validé] Yagugu le retour!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Keiro :: Gestion du RPG. :: Conseil des Sages :: Présentations Validées-