Partagez | 
 

 [Mission Rang D] Cuisinière hors-pair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi
avatar
Féminin
Messages : 27
Date d'inscription : 02/03/2014
Age : 20
Localisation : Sur ma balançoire
Village : Kiri
Affinité : Suiton


Description du Shinobi
Grade: Genin
Points de Chakra:
60/1000  (60/1000)
Techniques:

MessageSujet: [Mission Rang D] Cuisinière hors-pair   Ven 7 Mar - 16:56


Description de la mission:
 


  • Voilà une journée qui commençait bien à mon goût avec une mission qui s'annonçait facile, non pas comme la précédente qui m'avait laissée de petites égratignures aux mains, mains qui s'étaient cependant retrouvée bandées le soir même de la mission. J'étais revenue en chouinant devant mon Senseï de ma mission, moi-même je n'avais pas totalement compris ce qui m'était arrivé, est-ce qu'un instant j'avais eu besoin de réconfort ou une chose du genre ? En tout cas à cause de cela j'avais été forcée de raconter mon périple dans les moindres détails, ça n'avait pas été une partie de plaisir et j'étais assez honteuse, surtout que cet imbécile de Senseï en avait bien profité pour se moquer de moi, j'avais senti qu'il n'avait pas voulu se montrer méchant mais après tout ce qu'il me faisait subir c'était agaçant. Parfois il m'arrivait de me dire à moi-même :"Pourquoi n'ai-je pas un Senseï normal comme les autres Genin ?" Et bien sûre personne ne me répondait, ça me paraissait logique étant donné que je causais toute seule. Enfin, au moins la mission d'aujourd'hui n'allait pas se dérouler de la même manière, c'était impossible selon moi et mes calculs totalement inutiles et inexistants. Tout de même, ça allait peut-être être une manière de me rapprocher des gens même avec mon rang de Hozûki, ce n'était pas une certitude, loin de là mais j'avais tout de même une petite once d'espoir. A vrai dire ils réagissaient toujours de la même manière, chuchotant des propos incompréhensibles et que je ne préférais d'ailleurs pas entendre ou bien me surnommant "rejetons du démon" mais cela ne pouvais pas arriver dans un tel restaurant. Ah, ce restaurant : le Tôgen. Il n'y avait pas mieux, dans toute la ville, que dis-je, le monde entier même ! Un jour après un dur entraînement au Kenjutsu, j'avais eu la chance d'aller déjeuner là-bas et je n'avais pas été déçue, ça je vous le dis. Un petit filet de bave coulait de mes lèvres à ces pensées, je l'essuyais rapidement en scrutant ma chambre du regard, effrayée par la possibilité que quelqu'un ait pu me voir. Pas très futée n'est-ce pas ? Oui car logiquement, dans une demeure aussi peu fréquentée et si vide que celle des Hozûki il n'y a personne qui passerait par là, et étrangement la première personne qui aurait pu me voir à ce moment et à laquelle j'avais pensé c'était.. mon Senseï et c'était très désagréable. Je perdais du temps pour de la réflexion complètement débile, bientôt notre fameux restaurant allait s'impatienter. Je me préparais donc comme à mon habitude, enfilant mes vêtements uns à uns sans oublier mon arsenal ninja on est jamais trop prudent, surtout à Kiri, j'avais cependant laissé mon katana chez moi. J'étais enthousiaste à l'idée de savoir que cette fois-ci j'allais enfin avoir ma première mission "tranquille", je sortis donc de ma chambre puis de la demeure Hozûki avec un sourire de crétine, le même sourire qu'ont sur le visage ces imbéciles heureux que l'on peut voir un peu partout.
    Après quelques minutes de marche et désormais assez loin de ma demeure je reconnus bientôt les rues commerçantes et le fameux restaurant. Entrant dans celui-ci, je pus m'apercevoir que même en cette douce matinée il était déjà rempli de personnes, quel succès ! Je m'approchais du comptoir avant de me présenter au gérant, un vieil homme :

    - Bonjour ! Je suis la ninja venu pour vous aider dans votre restaurant.

    Le vieil homme me sourit, un sourit réconfortant et rassurant tout en me tendant le tablier de cuisinier que je pris tout en lui rendant son sourire, le moins que je puisse faire. Je l'enfilais par la suite tandis que notre homme murmura quelques mots, j'affichais une mine intriguée n'ayant absolument rien compris avant d'approcher mon oreille pour lui montrer que je n'avais pas entendu, j'ai regretté.. Il me cria soudainement un "Au boulot" qui me fit trembler comme une feuille. J'avais bien compris en tout cas, le boulot commençait maintenant ! J'étais plutôt rassurée car pour l'instant mon travail consistait à aider en cuisine, petit dilemme cependant car je n'avais jamais cuisiné quoi que ce soit auparavant. Heureusement mon travail était seulement d’assaisonner les plats et de découper les morceaux de poissons avec l'aide du vieil homme, tout ceci avait l'air tellement délicieux que je me permis de goûter un morceau de poisson un instant et je pus voir à quel point ce vieil homme avait d'excellent réflexe : il me frappa immédiatement de sa cane au milieu du crâne. Quant à moi j'eus le réflexe de poser mes mains sur ma tête pour masser celle-ci en affichant une mine choquée après ce choc. Arf', il m'avait immédiatement repéré celui-là ! Et toute la matinée se passa ainsi je ne mangeais pas dans les plats bien sûr, j'avais retenu la leçon et j'eus donc une petite pause en fin de matinée afin de déjeuner. Le midi il y eut encore plus de personnes que le matin, c'était vraiment étonnant et j'étais toujours en cuisine à ma grande joie, impossible de me faire maudire par les clients donc. Cependant ce vieil homme semblait avoir lu dans mes pensées et m'expliqua que pendant la soirée, moment où les gens afflueraient le plus je prendrais les commandes et servirais les plats. Était-ce un sorcier ?! Je soupirais brièvement en entendant cela ce qui eut pour effet de faire sourire le vieil homme, je passais donc l'après-midi dans le stress, réfléchissant à la manière d'aborder les gens pour leurs demander leurs commandes. Et la soirée arriva alors, je pris donc comme prévu les commandes, tout se passa à merveille à ma grande et agréable surprise. Les clients semblaient satisfaits, je prenais leurs commande puis leurs apportaient leurs plats en restant toujours souriante, ce fut dans cette ambiance que se passa donc la soirée, à la fin de mon service le gérant comme à son habitude souriant vint me voir :

    -Oh, jeune ninja, je tenais encore à te remercier de ton aide et te féliciter de ton travail, sans toi nous aurions été surchargés. C'est bien d'avoir fait des heures supplémentaires.

    Qu'est-ce qu'il racontait ce vieux fou, je rendis mon tablier avant de partir tout en réfléchissant à ces mots et petit à petit, comprenant : je n'étais sensée venir que le soir. Oui, mon Senseï me l'avait dit et redit la veille mais j'avais complètement oublié, quelle baka je faisais ! Et pourtant comme d'habitude j'avais l'impression que c'était mon Senseï qui m'avait eu, je rentrais finalement chez moi en le maudissant intérieurement malgré qu'il soit "innocent".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Mission Rang D] Cuisinière hors-pair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Keiro :: Le RPG. :: Mizu no Kuni - Kiri Gakure no Satô :: Rues Commerçantes-