Partagez | 
 

 [Validé] Seriously, Like I Give A Fuck ? - Bee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: [Validé] Seriously, Like I Give A Fuck ? - Bee    Ven 31 Jan - 11:05


KILLER BEE
AND NOT A SINGLE FUCK WAS GIVEN DAT DAY. SERIOUSLY, BRO.

KILLER BEE - GYÛKI


"I DON'T EVEN NOW WHAT THAT MEANS"
"NO ONE NOW WHAT IT MEANS BUT ITS PROVOCATIVE"

>Niggas In Paris by Kanye West & Jay-Z on Grooveshark

Feat Barack Obama.

Age : 35 ans - Groupe : Kumo, let's roll - Grade : Raikage, baby.

« PHYSIQUE & CARACTERE. »


PHYSIQUE

L’habit ne fait pas le moine, n’est-ce pas ? Et bien, détrompez-vous ! S’il y a bien une chose qui ne vous surprendra pas, c’est bien le physique adéquat au caractère du Jinchuuriki. Aussi exubérant et étonnant que son caractère mais également puissant et lourd, comme il peut parfois l’être un peu trop au goût de certains. Commençons par un rapide tour de sa morphologie :

Physiquement, Bee n’a rien à envier aux autres Shinobis de Kumo, bien au contraire même ! Une carrure imposante, de larges épaules, l’homme semble bel et bien tailler pour un sport de combat, tel un boxeur ou encore un catcheur. Il n’a pas la taille d’un géant, plus petit que son digne frère le Raikage, mais garde toutefois une stature dépassant largement la moyenne de ses congénères. Il semble plutôt trapu, costaud, suffisamment épais et solide pour sembler très résistant. Et il l’est, croyez-moi ! Cette masse de muscle est vraiment impressionnante et parfaitement dessiné. Ses muscles sont bien dessiné, ciselés et saillants, très bien entretenu pour un trentenaire. On peut tout de suite deviner une véritable envie de garder un corps puissant, de longues heures d’entrainement et de combat derrière un physique aussi impressionnant. On peut le dire sans crainte : Bee a vraiment l’allure d’un type qui en impose, véritable morceau de chair et de muscle. Ce n’est pas un gamin fébrile et éphèbe. Non, c’est un homme dans la force de l’âge, assumant même à outrance ce corps de champion de lutte.

Bien qu’il ne possède aucune parenté de sang avec le Raikage et la famille Yotsuki, le gardien de Kumogakure ressemble pourtant très pour très à ce qu’aurait pu être le frère de Aa. Une peau mate, forcément de paire avec le village qu’il protège et ses frères d’armes, lui donnant cette teinte à mi chemin entre le caramel et le chocolat. Mesdames et mesdemoiselles, en manque de sucreries, allez-y doucement ! Quoi que ... Ces cheveux sont aussi étonnants que lui-même en quelque sorte. Personne ne s’attend réellement à voir des cheveux en forme de longs rastas bien gominés sur son crâne  ... Et surtout pas après cette phrase, vous dire qu’ils sont blonds peroxydés ! Mais ne vous-y trompez pas là non plus. Cette couleur, ce n’est pas une coquetterie de la part de cet homme, certes pour le moins étrange. Non, car il semble que beaucoup de Kumojin possèdent ces racines blondes tout en ayant cette couleur mate. Défaut de fabrication ? Rien n’est moins certain. En tout cas, cela fait partie en quelque sorte du patrimoine national de Kumo, vous ne pourrez pas lui enlever. Enfin, sauf en lui rasant la tête ou en achetant une coloration L’Oréal au petit supermarché du coin.

Après cette touche d’exotisme et cette publicité intempestive pour une firme qui s’en ai mit plein les fouilles, vous allez me dire : Et ta promesse de moine qui possède un habit aussi exubérant que lui-même ? Je ne vous dirais qu’une chose. Ou plutôt deux : Minute papillon ! Et enfin, j’y arrive : Voilà le moment que vous attendez tous - la folie de Bee. Outre ce décalage de couleur entre le blond et le marron lié à ses origines, le Jinchuuriki de Gyûki se démarque par de nombreux signes. Le premier, c’est bel et bien son accoutrement. Il ne possède qu’un simple Gilet apparenté à celui des Chuunin, une sorte de côte de couleur grise qui ne s’attache qu’autour d’une épaule, l’autre, étang libre de toute pression vestimentaire.En somme, le fait de ne rien porter sous l’armure grise lui permet de se mouvoir plus facilement. Non, sans rire, c’est juste pour la frime ! Son bas est quant à lui plus que classique, un simple pantalon gris souris et les chaussures traditionnelles des Ninjas de Kumo.

Le souci du détail, voilà ce qui est important chez notre épéiste hors pair. Ce look incroyable, il le maîtrise par les accessoires et la façon dont il a de les porter. Premièrement, on ne peut passer à côté de ses lunettes de soleil, rivé sur ses yeux, au dessus de son nez, semblant presque attaché à son visage. La vérité n’en est pas loin, mais impossible de révéler tout ses secrets. Cela lui donne deux petits yeux ronds et brillants, presque ceux d’un poulpe. Effrayant, non ? Je dirais plutôt cool, puisque cela va de paire avec le personnage. De paire, vous avez saisit ? Non, allez. Paire de soleil, de paire ... Oh et puis  F**k ! Second détail : Les tatouages. Deux sous l’œil, remontant le côté des joues, représentant les cornes du Hachibi. L’autre tatouage, sur le bras, est le Kanji du Fer. En réalité, il s’agit tout simplement du sceau du Démon. Sa pilosité est également à prendre en compte, un bouc encadrant ses lèvres moqueuses et un sourire bien souvent présent au rendez vous. Dernier détail, l’homme porte une longue écharpe blanche, un peu miteuse sur les bords, commençant à s’effriter. Pour finir, il se balade toujours avec ses huit épées dans le dos.

CARACTÈRE


Aux premiers abords, Bee peut paraitre agaçant, prétentieux et bien trop sûr de lui. Arrogant sur les bords, planant au dessus des autres, distribuant verbalement des quenelles à tout va. Le premier contact peut s’avérer être une vraie rencontre du troisième type pour quelqu’un n’étant pas habitué à un tel phénomène. Le Jinchuuriki peut être soit très rebutant pour l’autre, qui ne le supportera pas, soit totalement cool et fun pour celui qui arrive à cerner avec un peu d’humour notre personnage. Il n’y a donc pas de demi-mesure avec lui. On l’aime ou on le déteste, on ne peut pas être dans le faux avec ce genre de personne.

En combat, il survole littéralement le terrain, n’en ayant que très peu à faire de son adversaire. Il ne donne peu d’importance à son ennemi, n’hésitant pas à les critiquer ouvertement, le dénigrer, se moquer de lui et faire des raps piquants et moqueurs afin de déstabiliser l’autre. Cela a généralement  pour effet d’énerver un plus l’adversaire, sauf si l’autre arrive à faire abstraction de ses joutes verbales. Une personne un tant soi peu imbue d’elle-même ou susceptible, n’ayant guère confiance en soi, perdra vite pied face à tant d’aplomb de la part de notre Jinchuuriki.


Dans la plupart de ses raps, Bee parle de lui à la troisième personne, chantant ses propres louanges et ceux de son Bijuu Hachibi. Parfois, Killer Bee confond sa personnalité avec celle de Hachibi et on a parfois du mal à savoir qui parle des deux dans ses futiles chansons. Normal, lorsqu’on est l’unique Jinchuuriki a avoir totalement fusionné avec son Bijuu, on ne peut que faire de deux entités une même personne. Alors, à qui allez-vous avoir à faire ?  Hachibi ? Le Jinchuuriki ? Un schizophrène ? Certainement un mélange de tout cela. En somme, lui-même se perd dans ses jeux de mots et ses raps à la limite de la décence. Qu’importe, c’est sa passion. Et ça, j’achète !!

Dans chaque combat qu’il entame, Bee semble sûr de sa victoire et de ses capacités, ayant le don d’énerver encore plus l’autre. Le Jinchuuriki s’agite rapidement, bougeant ses membres et sa tête tel un rappeur selon lui, croisant et décroisant les bras. Swag, me direz-vous. Enfin, pas pour tous. Qu’importe, il a son propre style, sa propre façon de bouger.  Son attitude est très relâchée, souvent dans son propre monde, survolant une fois de plus les critiques qu’on peut lui faire. Il est bien au dessus de tout cela. Il n’hésite pas à s’arrêter, prendre son cahier de notes et écrire quelques rimes, même en plein combat. Sa passion lui prend une grande partie de son existence, ses réactions sont bien souvent guidées par celle-ci. Il ne peut s’empêcher de parler en utilisant des rimes.

Cependant, derrière cette apparence peu ragoutante, Bee cache un profond attachement pour son village, son frère et ses élèves. Ainsi qu’à l’ensemble des Shinobi de Kumo, qu’importe leur façon de penser ou leurs critiques. Il cherchera à tout prix à protéger ce qui compte réellement pour lui et surtout en temps de guerre. Même si l’appel de la liberté est fort, il n’oubli pas ses racines et restera à jamais un protecteur du village de Kumo. C’est en réalité un faux méchant, se donnant plutôt des airs « badass » qu’un véritable mauvais garçon. Il possède un cœur plus pur que l’on peut imaginer, capable de pardonner l’autre et de faire abstraction des blessures ou des attaques envers sa personne. C’est quelqu’un de véritablement valeureux et noble, ce qui lui a permit notamment de gagner la confiance du Hachibi.

Son grand frère est à ses yeux la personne qui compte le plus pour lui. Il lui a permit de s’enlever dans l’échelle social, de devenir quelqu’un. Il a également était le premier à place ses espoirs en Bee, lui faisant confiance pour la maîtrise du Bijuu. C’est sa manière à lui de remplir son cœur, sans quoi, ce dernier pourrait être happé par les ténèbres et la solitude qu’implique le statut de Jinchuuriki. Aujourd’hui, c’est un homme comblé, ou presque, qui ferait tout pour le Raikage. Même s’il aimerait combattre de nouveau aux côtés de son frère, partir et voir du pays, il ne peut le faire qu’en de rares occasions.

Il est également très respectueux de la nature et notamment des animaux. Lorsque le maître de l’Enka et son ami Ponta se font attaquer par Kisame, il considère autant la vie de l’homme que celle de son animal de compagnie. Il connait également tout les animaux de l’Ile de la Tortue. C’est quelqu’un de profondément empathique envers les autres. Il a connu la solitude et le rejet des habitants de son village avant de connaître son moment de gloire. Mais, il n’a jamais cherché à se venger ou à perdre le sourire. Il garde un formidable esprit positif, à toute épreuve, optimiste dans n’importe quelle situation. C’est aussi un personnage véritablement comique, n’hésitant pas à jouer de sa personne pour détendre l’atmosphère. Il aime également jouer des blagues ou se mettre dans des situations cocasses, ce qui lui attire généralement les foudres de son entourage.



« HISTOIRE. »


• Prologue : L’histoire d’Hachibi - Mémoire d’un Ushioni •


« Bee ! Oh, Bee ! Qu’est ce que tu fous encore ? »


Une voix résonne, une voix rauque, une voix puissante. Cette voix, c’est la mienne. Au plus profond de son être, seul cet homme peut l’entendre. Seul Bee, l’homme en qui je suis scellé depuis bien des années. Perché sur les sommets, assis sur un vieux roc parsemé de mousse, l’étrange Shinobi se tient là. Le crayon en action sur un petit carnet recouvert de ratures, gribouillis et notes en tout genre, l’homme semble concentré, les yeux rivés sur ce qu’il fait. Ne prêtant même pas attention au magnifique couché de soleil qui lui fait face, l’homme continue de faire marcher sa plume pendant que l’astre poursuit lentement son irrémédiable chute, laissant un hâle dorée sur sa peau mate.

Soudainement, sortant enfin de sa rêverie, Bee comprit enfin que je m’adressais à lui. Du moins, il le fit paraitre. Je le soupçonne de ne pas m’écouter, mais ironiquement, bien que je fasse moi-même partit de ce bonhomme depuis presque une trentaine d’année, je suis toujours surpris par certaine de ses réactions. J’ai bien essayé de l’étudier, de le disséquer, d’arriver à comprendre les rouages et les cases qui le composent, je ne sais vraiment pas ce qu’il peut bien se tramer dans ce petit cerveau d’humain, frustrant.

« Bien, bien, ça dépote ! Ça fera l’affaire, mon pote ! Yeah ! »

« Tu m’exaspères Bee … La quatrième guerre ninja est sur le point d’éclatée et toi, au lieu de t’entrainer, tu écris encore des conneries de Rap ! »


« Hey, Gyûki, tu me juges trop vite, je me prépare justement la guerre à ma façon. Il me faut de nouvelles rimes si j’n’veux pas passer pour un bouffon ! »

« Ce n’est pas le genre de préparation dont je te parle, pauvre fou ! »


Comment suis-je arrivé à supporter ce gaillard tout ce temps ? C’est la question que je me pose bien souvent. Mais cette question trouve facilement ses réponses. Bee a beau être un ninja fier de lui, prétentieux et agaçant par son comportement, c’est pourtant le seul Jinchuuriki qui a su créer une relation durable avec moi, le démon Hachibi, redouté par tous dans le pays de la Foudre et même au-delà des frontières. Et il y a de quoi être haï par un grand nombre de Shinobis ! Je n’ai jamais vraiment compté le nombre d’orphelins et de veuves que j’ai laissé sur mon passage. J’en ai un peu honte pour tout vous dire, n’étant pas une créature mauvaise à la base, toutefois, je ne regrette rien. Ils ont voulu me contrôler, m’asservir et utiliser ma puissance pour leurs petits égos et leurs ambitions belliqueuses. Ils en ont payé le tribut. Un Bijuu, ce n’est ni plus ni moins qu’un puissant chakra enfermé dans un démon destructeur, une bête qu’ils veulent ajouter à leur ménagerie et se servir de nous comme vulgaire arme ou comme protection en temps de crise.

C’est ce qu’ils pensent de notre condition, ce qui est bien loin de notre réalité à nous. Nous sommes neufs entités distinctes, avec leur propre personnalité, propre pouvoir et une conscience unique à chacun. Certains on choisit les ténèbres, certains ont choisit le chemin de la haine, comme ce satané Kurama. Ah oui, ils nous appellent par le nombre de queues que nous possédons. Mais nous avons tous notre propre prénom, que cela leur plaisent ou non. Pour eux, je suis Hachibi, le huitième chakra démoniaque. Mais pour mon père, mon créateur, je suis Gyûki. Ce nom provient de la mythologie de ce monde emplit de conte et de légende, je suis un Ushioni : Un démon à tête de taureau et ayant un corps de poulpe géant.

Nous n’étions pas destiné à être utilisé de la sorte, je ne pense pas que le Rikudô Sennin, celui qui nous a créé, souhaitait une telle destiné pour ses créations. Le plus puissant des Shinobis a séparé l’entité que nous étions à la base, le Juubi, avant de nous séparer et nous disperser à travers les différents pays Ninjas. En partant, il nous a averti qu’un jour, nous ne referont qu’un et que les Bijuus ne seraient jamais vraiment séparés, toujours lié les uns aux autres. Un humain arrivera à nous comprendre et nous unira enfin tous. J’ai foi en ses paroles, même si parfois, lorsque je vois l’hérésie humaine, je doute que quelqu’un puisse avoir l’étoffe pour le lègue du Sage. C’était un homme bon, qui aimait même les créatures dans notre genre. Mais les décennies sont passées depuis sa mort et ma foi c’est transformée en haine contre le genre humain. Ils sont bien trop vils, égoïstes et faibles. Ils ont mainte et mainte fois tenté de s’emparer de notre puissance et rien ne s’est vraiment passé comme ils l’espéraient …

« Yo, Mec, c’est la guerre ! Tu vas prendre cher ! Ne fais pas le nerveux, Hachi’ et moi on va te casser en deux ! Yeah ! »

C’est au pays de la Foudre tout à commencé. Cette contrée partagée entre ciel, terre et mer était pour moi l’environnement idéal pour une nouvelle vie. Après tout, je suis une créature aussi à l’aise dans l’eau que sur terre. Cependant, j’ai du faire avec les humains qui ont commencé à s’installer dans les montagnes, réunissant leurs forces pour créer un seul et unique village caché des montagnes. C’est ainsi que Kumogakure vit alors le jour. Lorsqu’ils prirent conscience de la puissance des Bijuus, ils partirent à ma recherche. Et lorsqu’ils me trouvèrent, ils ne furent alors pas déçus du voyage ! Je n’ai vraiment pas eu de problèmes avec tous ces ninjas de Kumo, venus tout d’abord en petit groupes. Cependant, les différentes vagues d’attaques me firent un jour vaciller sous le nombre des Shinobis et finalement, je tombais en leur possession. Jour maudit que fut celui où ils décidèrent de m’enfermer dans cette immense jarre. Évidemment, je n’avais pas donné mon dernier mot.

Ma rage envers ces foutus humains qui avaient osés m’enfermer ne faisait qu’augmenter chaque jour. Privé de liberté, je n’avais pas d’autre choix que de lutter. Et rien n’est plus violent qu’un Bijuus qu’on emprisonne de force ! Plus d’une fois, ils ont tenté de m’utiliser en me scellant dans le corps des proches des différents Raikage qui se sont succédé. Parfois le frère du Raikage, son cousin ou sa femme. En effet, l’Ombre de la Foudre a le devoir de choisir une personne de son entourage pour pouvoir sceller le démon en lui afin qu’il n’y a pas de problèmes au sein du village et qu’il soit loyal envers la famille du Kage. En revanche, comme dans la majorité des cas, les hôtes sont rejetés et craints par les autres villageois, bien triste sort pour eux. Grâce au sceau du fer qu’ils eurent développé, ils pouvaient me transmettre d’hôte en hôte. À chaque tentative, je profitais de la faiblesse de l’hôte pour le dévorer de l’intérieur. Si sa volonté était trop faible ou ses doutes trop forts, il m’était très simple de prendre contrôle de mon Jinchuuriki sans aucun problème, dès que celui-ci tente d’absorber mon chakra.

Les hommes me font pitié, combien de sacrifices ont-ils fait, de leur propre sang ? Leur plus grande erreur fut de me faire entrer dans leur village. Alors comment peuvent-ils me blâmer pour les meurtres qu’ils ont engendrés d’eux même ? Plus d’une fois, j’ai eu l’occasion de ravager leur village et déchainer ma colère. Mon âme ne s’est jamais reposée, constamment à la recherche de la vengeance, le moyen de me libérer. Même si mes facultés intellectuelles me font réfléchir comme toute personne sensée, la rage m’a fait agir comme la plus cruelle des bêtes. À chaque fois, je pouvais leur faire une démonstration de ma puissance, il goutait à la souffrance pendant que moi, je goutais à ces instants brefs de liberté où j’étais enfin libre de mes mouvements. Aucun homme n’a su rivaliser avec moi dans ces combats sans queue ni tête. Les seuls à avoir su me tenir suffisamment tête restera la famille Yotsuki.

Notamment le Sandaime Raikage. Ce type, c’était un vrai monstre, c’est le seul homme à avoir été capable de me tenir tête. D’ailleurs, notre affrontement s’est soldé par un double K.O. et je lui ai laissé cette cicatrice en forme d’éclair sur le torse. Et je ne vous parle même pas de son fils, l’actuel Yondaime Raikage. C’est même ce dernier qui m’a coupé l’une de mes précieuses cornes, d’un seul coup du tranchant de la main, bourré de chakra Raiton. Cette fois là, c’était le dernier Jinchuuriki avant que je ne rencontre Bee, le cousin du Raikage, qui n’a pas tenu très longtemps avant que je puisse prendre contrôle de son âme. Son manque de confiance en soi et sa peur le rendaient trop instable, ses sentiments n’étaient pas suffisamment fort pour résister à la pression d’un Bijuu. Un jeu d’enfant ! Mais la suite ne s’est déroulée comme prévu … C’est alors que notre jeune Bee entre en scène !

« Yo Hachi’, t’as rien écouté en fait ? »

« … »



• L’abeille tueuse entre en scène ! •

Début d’une vie de Ninja

Le jeune Bee a toujours été un fanfaron, un bon vivant comme on pourrait l’appeler familièrement. Quelqu’un d’enjoué et dynamique, qui ne se soucie pas vraiment des choses qui l’entourent, vivant dans son monde à lui, vivant de ses passions, gardant constamment le sourire, peu importe les épreuves de la vie. Dès son plus jeune âge et bien avant qu’il n’ait en lui le démon Hachibi, Bee traversait déjà les allées de Kumo sans prêter attention aux autres, s’exerçant déjà aux rimes et au rap. D’où lui vient cette passion évertue pour le Rap ? Personne ne sait vraiment, lui-même ne doit d’ailleurs pas vraiment le savoir. Cela s’est imposé à lui. Une manière de se distinguer des autres, d’attirer l’attention sur lui comme le font la plupart des enfants. Cependant, ce qui était à la base comme un jeu pour lui s’est transformé en véritable style, prenant une grande place dans la vie. Trente années plus tard, Bee s’exerce toujours à la rime sans vraiment exceller dans le domaine. Bien au contraire, il est considéré comme très mauvais par ses paires et même pas son Bijuu qui se désolidarise complétement de son Jinchuuriki lorsque ce dernier entame un verset. Pour Bee, c’est devenu une religion, un style de vie.

Vers l’âge de 5 ans, lorsqu’il pu entrer à l’académie, il se fit un très bon ami : Motoï, l’un de ses petits camarades de classe. Rapidement, les deux jeunes apprentis commencèrent à s’entrainer entre eux, créant ainsi une compétition bon enfant. Tout y passait : Le Lancé de Kunaïs, Shurikens, apprentissage de techniques basiques comme le Bunshin ou la permutation. Les deux enfants étaient très proches l’un de l’autre, au point d’être meilleurs amis et d’avoir même créer un salut bien à eux : poing contre poing, symbole de leur reconnaissance et amitié envers l’un et l’autre. Ce signe, Bee l’utilisera également avec son frère ou encore Naruto par la suite. C’est le symbole que Bee reconnait l’autre et le respecte d’une certaine manière. L’arrogante abeille tueuse n’est pourtant pas facile à convaincre ! Son amitié se mérite et son respect, bien plus encore ! Revenons à l’académie et les progrès fulgurant du petit Ninja à la peau mate. S’entrainant chaque jour pour être meilleur, véritable acharné du travail, il commençait à développer ses capacités et trouvait peu à peu ses spécialités. Bee n’était pas vraiment doué dans tous les domaines que proposait l’académie. Par exemple, le Genjutsu n’est pas vraiment son truc ! Ne lui parlait donc pas de technique pour leurrer l’adversaire. Lui, il préfère la vitesse et rentrer dans le tas avec puissance. Tous, à Kumo, ont en tête les exploits de la famille Yotsuki, lignée des Raikage. Bee a certainement voulu les imiter sur certains points, s’inspirant de la puissance physique plus que la puissance spirituelle.

Pour Bee, l’art des armes était aussi une évidence, il voulait absolument devenir sabreur. Pour quelle raison ? C’était cool selon lui, comme le rap ! Très tôt, il maitrisa alors les techniques de sabres, utilisant parfois des bottes inédites, plaçant ses épées entre ses coudes ou bien ses genous. Plus jeune, il pouvait en maitriser trois, voir quatre maximum. Puis, progressivement augmenta le nombre d’épées pour en arriver à sept. Son maniement de toutes ses épées est vraiment propre à son style original de combat. Très peu de ninjas sont capable de reproduire ses attaques, voir même de comprendre toute la complexité de certains mouvements. Sa dextérité et sa vitesse font de lui un ennemi redoutable et un atout de poids pour ses alliés … Même l’utilisateur du Sharingan, Sasuke, fut déstabilisé par cet art et sa vitesse. Suigetsu, épéiste de Kiri, reconnait alors pendant le combat que son style est unique et que son jeu d’épée est illisible. Par la suite, il pourra aisément insuffler du chakra raiton dans ses épées, rendant ses attaques dévastatrices et capable de trancher n’importe quoi, même le tranchoir de Zabuza. Ce jutsu, très élaboré, portera plus tard le nom de « Danse de l’épée ».

Le Jinchuuriki de Hachibi

La vie du jeune Bee changea brutalement lorsque le fils du Raikage, Aa Yotsuki, rechercha un partenaire pour pouvoir exécuter la technique du « Double Lariat ». N’ayant pas eu de frère ou de cousin suffisamment doué pour apprendre et maitriser le Double Lariat, il n’avait pas d’autre choix que d’organiser un concours pour déterminer qui serait le plus apte à parfaire la technique. Un grand nombre d’apprentis Shinobis et autres Genins en tout genre tentèrent de reproduire le Lariat, sans grand succès. Finalement, c’est le jeune Bee qui impressionna le futur Yondaime Raikage. Il réussit à effectuer avec brio cette technique, bien qu’il ne soit pas encore tout à fait au point. Cependant, c’est lui qui fut tout de même choisit par Aa. Dès lors, le Duo A&B fut créé. Une nouvelle relation entre les deux Shinobis de Kumo se mit en place. Bee devint alors le frère adoptif du futur Raikage et commença à s’entrainer beaucoup plus sérieusement afin de faire partie de l’élite, pouvoir rivaliser avec Aa, mais surtout ne pas décevoir sa nouvelle famille et son nouveau frangin. Bee ressentait bien plus que de la fierté, il était conscient de la chance qui s’offrait à lui, il avait à présent un mentor, une personne qui comptait sur lui. Mais tout privilège entraine un sacrifice. Et lorsque le moment où le dernier Jinchuuriki fut tué par son démon Hachibi, c’est lui qui fut désigné comme prochain réceptacle. À la mort du cousin d’Aa, qui engendra par la même occasion la mort d’une vingtaine de Ninjas de l’escouade d’élite du Sandaime Raikage et par ailleurs, la mort du père de Motoï, le ressentiment envers le Bijuu se fit sentir encore plus fort à Kumo. Des lors, Bee reçu en lui le Bijuu Hachibi par l’utilisation de la technique du sceau de fer. Ce sceau laissera alors le tatouage du kanji « Fer » sur le bras droit de Bee, une trace indélébile qui représente tout les espoirs d’un village sur les épaules du jeune garçon.

Cependant, au lieu de faire de lui le héros de tout un village, celui qui porterait le lourd fardeau de contenir la « bête », le regard des habitants changea du tout au tout pour lui. À partir de ce moment, tout bascula pour le jeune Jinchuuriki, des que les habitants apprirent qu’il était lui, l’enfant adopté du Raikage, le porteur de Hachibi. Avant, il était juste un morveux qui passait son temps à faire le pitre dans les rues de Kumo, à chanter à tue tête. À présent, c’était le représentant de tout les maux du pays de la foudre, c’était indirectement le responsable de tout leurs malheurs, toutes leurs pertes subies. Même le regard de Motoï, son meilleur ami changea alors. L’enfant avait perdu son père, tué par l’une des cornes d’Hachibi. La tristesse et la colère envahissait l’enfant, le poussant à chercher la vengeance. Mais alors qu’il apprenait que Bee était choisit pour cette tâche ingrate, le ressentiment de Motoï devint plus fort que son amitié pour son ami. Peu à peu, voyant que l’enfant continuait de mener une vie pleine d’entrain, gardant le sourire et sa fougue habituelle, malgré les insultes, les coups bas et les moqueries des autres habitants, Motoï se mit à haïr Bee tout autant que son Bijuu. L’idée de le tuer commençait à murir en lui, il n’avait plus en tête que sa vendetta, tuer Hachibi et donc, tuer Bee …

Les prémices du Héros des Héros.

Motoï se mit alors à suivre, plus ou moins discrètement son ancien ami, devenu à ses yeux sa cible, son ennemi juré. Plus il le suivait et plus il ne comprenait pas pourquoi il restait stoïque face aux injures des habitants et de toutes leurs maltraitances. Cela le dépassait. Les habitants avaient beau lui faire les pires crasses possibles, rejeté de tous, lui ne souffrait pas autant que lui, qui avait perdu son père. Il continuait ses frasques, ses rimes maudites et continuait à progresser, à devenir un véritable Shinobi du pays de la foudre. Un jour, alors que Bee commençait à s’éloigner du centre du village, longeant une petite rivière, Motoï passa à l’action. Un kunaï à la main, camouflé dans une longue toge noire encapuchonné, il l’attaqua en traitre, dans le dos, sans regrets, n’ayant que sa haine pour le guider. Mais Bee le désarma d’une facilité déconcertante, se retournant simplement et utilisant l’une de ses épées placées dans son dos sans pour autant la toucher, juste en faisant un petit mouvement de rotation. Bee souriant alors à son agresseur, lui tendit le poing, comme il l’avait toujours fait avec ses amis. Il n’avait aucune once de colère contre celui qui venait de tenter de lui tuer. Motoï, surpris et pensant être reconnu, partit alors en courant, n’adressant plus la parole à Bee, honteux.

Ne comprenant pas la réaction de Bee, Motoï suiva alors le nouveau Jinchuuriki d’un œil neuf. Il comprit alors que celui qui était la cause de ses souffrances n’étaient pas son ami mais plutôt le Bijuu. Il comprit alors qu’au fond de lui, Bee devait également souffrir de la situation. Porter le fardeau d’être un Jinchuuriki et pourtant, garder la tête haute, le sourire et pardonner aux autres, il était pour Motoï, un être courageux. Le suivant de nouveau à la trace, il assista à une scène où Bee se prit des œufs, tomates, voir des pierres en pleins milieu du village, recevant au passage une pluie d’insultes … Motoï se rappela alors les bons moments qu’ils avaient passé ensemble et comprit que les habitants du village se trompaient et qu’un jour il reconnaitrait la valeur de Bee pour ce qu’il est et non pas pour son statut.

Bee quand à lui, tentait de ne rien laisser transparaitre. Malgré son esprit combattif et sa joie de vivre naturel, son enfance a été entachée par la haine et le rejet d’une grande partie des villageois. Cependant, son cœur n’était pas atteint par toutes ses railleries pour une seule et bonne raison : quelqu’un comptait sur lui, quelqu’un avait placé ses espoirs en lui. Et cette personne n’est autre que Aa, son frère adoptif. Il lui fit comprendre qu’il avait besoin de ses talents pour pouvoir un jour exécuter le Double Lariat, mais aussi car il souhaitait formé avec lui le duo le plus puissant qu’il soit pour protéger et servir au mieux le village. Un jour, il serait Raikage et lui serait le puissant et fier Jinchuuriki que le village attend depuis toujours. C’est cet espoir qui l’a fait tenir et qui la poussé à se dépasser dans tout ce qu’il a entreprit jusqu’à aujourd’hui

Dès son plus jeune âge, Bee s’entraina à maitriser son Bijuu. Et pour se faire, il se rendit sur l’Ile de la Tortue (non, pas chez Kame-senin comme Goku) avec Aa. Il y resta suffisamment longtemps pour pouvoir maitriser Hachibi …

« Tiens, que penses-tu de celle là ? - Killer Bee, danse comme le papillon, pique comme l’abeille, mes coups te font l’effet d’un … »

« … Radio-reveil ? »


« Mattaku ! T’es sérieux ? Ne te fous pas de moi Gyûki ! Eh ! »

« Sinon quoi ? N’oublis pas que ta puissance découle directement de la mienne … Je serai toi, je me la ramènerai moins « Kira » Bee … »


« … »

• Mémoire d’un Ushioni, le retour ! •

Comment vous dire ? A la base, je n’aurai jamais cru que ce gamin et moi puissions devenir un jour aussi complices. Lorsqu’ils m’ont enfermé dans ce petit être, à peine âgé de quelques années, je me suis dis que ce serait un jeu d’enfants et qu’il n’y en aurait pas pour longtemps avant de pouvoir sortir de nouveau de ma prison. Cependant, je ne pouvais prendre possession de son âme tant qu’il n’essayait pas d’utiliser mon chakra ou bien dans un moment de faiblesse ou de doute de la part de mon nouvel hôte. Maudit clan Yotsuki, me mettre en cage, une nouvelle fois, sans aucune liberté et de plus, dans le corps d’un autre enfant. Il me le paierait, tôt ou tard, c’est ce que je me disais. Peu de temps après avoir été enfermé, je me souviens très bien de notre premier voyage. A peine le sceau du Fer apposé sur l’épaule du gamin qu’il partit s’entrainer sur l’Ile de la Tortue. Combien de temps avons-nous passé sur cette île ? Je n’en sais rien. Certainement plusieurs années. Je me souviens que le premier entrainement de Bee était de combattre les « monstres » de l’Île pour se renforcer physiquement et supporter tout un tas d’épreuve pour renforcer son esprit.

Mais ceux que les autres appelés « monstres », pour Bee, ce n’était ni plus ni moins que des créatures comme les autres, des animaux de grandes tailles. Alors que la nature ne lui faisait aucun cadeau, attaqué de part et d’autres par des grands félins, des serpents géants et autres rongeurs démesurés, lui leur infligé une correction avant de leur demander si tout allait bien et les remettre sur pâtes. Cela me faisait grandement rire au départ. Je me disais qu’il était simplement trop gentil et que sa bonté le perdrait tôt ou tard face à des ennemis bien trop féroces. Mais le petit ne s’est jamais démonté face aux créatures qui peuplaient l’île, ce qui m’impressionna tout d’abord puis attira ma curiosité. Je m’intéressais de plus en plus à ce jeune garçon. Au fil des années, j’apprenais à le connaître alors que lui faisait ami-ami avec les diverses présences, s’entrainant avec Aa et les autres Juunins, apprenant à maitriser les armes, le Kenjutsu et renforçant ses capacités physiques.

Arrivée à l’adolescence, il tenta de développer son chakra, essayant d’utiliser les queues de chakra. Cependant, je n’avais aucun intérêt à coopérer, sinon l’envie de lui contrôler son esprit. Je commençais alors à lui faire entrevoir mes capacités, déversant peu à peu mon chakra démoniaque. Mais alors que la plupart des Jinchuuriki sont effrayés par la puissance de leur invité lorsqu’il commence à recevoir la puissance des démons, ce petit avortons se félicitait de sa nouvelle puissance et trouvait cela … plutôt cool. Sa détermination et sa joie de vivre m’étaient à la base écœurante, mais le voyant progresser rapidement et avec un acharnement déconcertant, je m’attachais petit à petit à lui.

Le Raikage décida alors qu’il fallait passer à la vitesse supérieure et qu’il devait maitriser rapidement le Bijuu en passant l’étape de la « Chute de la vérité ». La veille, Bee était partit se coucher, loin de l’agitation du camp de Aa et des autres. En pleine nuit, il contemplait les étoiles, allongé, les jambes croisées et la tête posée sur ses mains. Derrière ses lunettes de soleil, l’enfant admirait, une fois de plus, les merveilles de la nature. Il avait un profond respect pour tout ce qu’il entourait, tout ce qui faisaient partie du monde naturel. Mais, alors qu’il avait fait preuve d’un moral à toute épreuve, sans jamais montrer de signe de fatigue, je l’entendis alors soupirer profondément. Puis, il déplaça une main son torse. Il s’adressa à moi, pour la première fois de sa vie. Il ne l’avait jusqu’à lors jamais fais directement. Cela m’étonnait profondément et je décidais alors de l’écouté très attentivement, sans louper une miette de ce qui allait suivre …

« Hachibi, Démon à huit queues, Bijuu, ou peu importe comment tu t’appel … Je comprends ce que tu ressens, toujours enfermé … Un jour, on goutera à la liberté, j’te le promet ! »

Ces paroles, même prononcé de la bouche d’un gamin, me touchèrent profondément. Je comprenais alors la vraie valeur de Bee. Ce n’était pas quelqu’un de naïf, mais simplement quelqu’un qui éprouvait de l’empathie pour les autres, même un démon comme moi. Mais ce qui me plaisait d’autant plus, c’était que nous partagions la même idée : l’envie de liberté, de sortir de ses contraintes que la vie nous avait imposée. J’avais foi en lui, étrangement. Pour la première fois, je ressentais de la compassion pour un humain. C’est ainsi que nous avons commencé à devenir ce que nous sommes aujourd’hui. L’épreuve de la « Chute de la Vérité » fut une formalité pour Bee. Sa détermination et la confiance que Aa avait placé en lui faisait de lui un jeune homme au cœur libre. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour vaincre ses démons. Sans aucuns doutes pour noircir son cœur, il entra alors dans la salle d’entrainement afin de pouvoir contrôler mon Chakra. Il entra alors dans son esprit afin de me rencontrer. Sans plus attendre, il me fonça dessus sans ménagement, essayant tant bien que mal de me contrôler. Plusieurs jours durant, il tenta de m’extirper mon Chakra, en vain. A chaque fois qu’il tombait, il se relevait aussitôt pour tenter de me vaincre. Finalement, je décidais de m’adresser à mon tour à lui, pour la première fois …

« « Tu voulais savoir comment je m’appel, n’est ce pas ? Je suis connu sous le nom de Hachibi, mais en réalité, mon créateur m’a prénommé Gyûki. Tu veux obtenir ma puissance et me contrôler, petit insolent ! Mais tu n’y parviendras pas aussi facilement que ça ! »

Bee me sourit alors, me répondant encore et toujours en rap …

« Tu as retrouvé ta langue ? Je te croyais muet ! Mais finit de parler, n’oublis pas que je suis l’hôte et toi l’invité ! Alors de grés ou de force, tu vas devoir partager ta force ! »

La suite, évidemment, vous la connaissez. J’ai décidé de faire équipe avec Bee. Ne croyez pas que je lui ai laissé me contrôler ! C’est un échange de bon procédé … Il est le seul à m’avoir convaincu et donc je lui prête ma force quand il en a besoin. Quand à moi, je peux gouter à une nouvelle forme de liberté et ironie du sort, je suis, avec Bee, le gardien de Kumo. Nos débuts ont été difficile, notamment lorsque Bee tentait de se transformer en Bijuu. J’étais encore bien trop sauvage et peu confiant en Bee. Il était risqué pour lui de se transformer, car comme pour Naruto et Kyuubi, lorsqu’il utilise mon Chakra, j’absorbe le sien. Si il tombe à zéro, alors s’en est finit de lui. A présent, après tout ce que nous avons vécu, notre partage de Chakra va bien au-delà de ça …

• L’apogée du Duo A&B … •

Bee devint chaque jour de plus en plus fort. Son entrainement quotidien à la maitrise du Kenjutsu et du Bijuu fit de lui rapidement le « Jinchuuriki parfait ». Il allait pouvoir prendre une place importante au sein du village. Cependant, la 3ème grande guerre ninja éclata et Bee devait à son tour prendre part à ce conflit. Jeune homme à présent, il fut envoyé en mission spécial avec Aa, pas encore Raikage, afin de récupérer le démon Kyuubi des mains de Konoha. Killer Bee démontra pour la première fois ses capacités et sa parfaite osmose avec le Hachibi face un Minato Namikaze qui lui non plus n’était pas encore Hokage. Cela impressionna grandement les deux camps, Bee prouva alors sa valeur aux yeux de l’ennemi mais aussi aux yeux de son frère, qui pouvait à présent compter sur son frère. Ses différents exploits firent de lui un ninja reconnu de tous à Kumo, grandement soutenu par le Raikage et Aa. Cependant, la guerre se termina tragiquement par la mort du Sandaime et Aa prit alors le flambeau de dirigeant.

À cet instant, le nouveau Raikage décida que Bee ne devait pas quitter Kumo et en devenir le gardien le plus assidu, ce qui ne ravit pas vraiment l’abeille tueuse, de nouveau enfermé. Les années passèrent et Bee devint de plus en plus respecté par les habitants du village, obtenant ainsi le titre de Héro, les protégeant à plusieurs reprises. Plus tard, il prit sous son aile les jeunes Genins Omoï, Karui et Samui afin de les former. Malgré toute la bonne volonté du monde, Bee s’ennuyait … Et à l’aube de la trentaine, Bee réfléchissait de plus en plus à se qu’il pouvait faire pour s’enfuir de sa prison dorée. La reconnaissance et le respect gagné par ses pairs, le Jinchuuriki rêvait secrètement de voyage afin de perfectionner … le Rap ! Mais son frère n’était certainement pas du même avis. Il lui fallait une excuse, un prétexte pour prendre enfin un peu de large ...


Dernière édition par Killer Bee le Ven 31 Jan - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi
avatar
Féminin
Messages : 335
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 20
Localisation : In my Bubble, my World. Imagination.
Village : Konoha
Affinité : Hyôton


Description du Shinobi
Grade: Hokage
Points de Chakra:
120/1000  (120/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: [Validé] Seriously, Like I Give A Fuck ? - Bee    Sam 1 Fév - 12:38

Tu es validé !
Je t'invite à aller poster ta fiche technique...
Au plaisir de te croiser inRP !

_________________


Merci à Canigi-kun :3
- Nommé distributrice de câlins il y a peu -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Validé] Seriously, Like I Give A Fuck ? - Bee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Keiro :: Gestion du RPG. :: Conseil des Sages :: Présentations Validées-